MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

La recette pour être apprécié n’est pas celle que vous croyez

La recette pour être apprécié n'est pas celle que vous croyez - Illustration(10/10-2021) – La plupart d’entre nous veulent être aimés. En tant qu’humains, nous sommes presque biologiquement programmés pour vouloir être valorisés et appréciés par les autres.

Point de vue de l’évolution, la sympathie nous protège. Fut un temps où faire partie d’un groupe ou d’un clan était nécessaire à notre survie (c’est d’ailleurs toujours le cas à bien des égards). Donc mieux valait être apprécié plutôt que le contraire.

Beaucoup de gens ont l’impression qu’ils doivent être une certaine personne pour être appréciés. Et beaucoup ont une tendance à utiliser un masque ou une armure, qui ne montre aux autres que ce qu’on veut qu’ils voient.

La plupart des gens pensent que les autres nous aimeront davantage si nous mettons le meilleur de nous-mêmes en avant, si nous ne faisons pas d’erreurs ou pas de gaffes et si nous savons toujours ce qu’il faut dire et quand le dire. En gros, nous essayons régulièrement d’être aussi parfaits et idéaux que possible.

Et c’est une erreur.

L’effet Pratfall

Avant tout, un peu d’étymologie, car le mot « Pratfall » n’a pas vraiment de correspondance en français. « Pratfall », en anglais est un genre de comédie ou le comédien tombe sur son derrière. Un peu comme les clowns au cirque. Et c’est devenu le mot qui désigne, en anglais, une gaffe, un faux pas.

L’effet pratfall vient d’une expérience menée par le psychologue Elliot Aronson et ses collègues Joanne Floyd et Ben Willerman en 1966.

Les psychologues avaient embauché un acteur, chargé de jouer un gars très cultivé et intelligent.

L’acteur a été soumis à des interrogations très pointues par un panel d’étudiants, et il obtenait 92% de bonnes réponses.

L’expérience était renouvelée devant plusieurs panels, et les étudiants devaient noter le degré de sympathie que leur inspirait l’acteur à la fin.

La différence était que dans 50% des cas, l’acteur se renversait une tasse de café sur lui en voulant en boire à la fin du test.

Résultat des courses: Les étudiants trouvaient l’acteur nettement plus sympathique lorsqu’il renversait son café.

D’après cette expérience on en a conclu que les gens qui ne font jamais d’erreurs sont en moins sympathiques. Ils paraissent moins « humains ».

L’effet Pratfall nous indique également qu’il est non seulement acceptable d’être faillible, mais que cela peut également nous être utile.

La vulnérabilité est attachante. La vulnérabilité nous aide à nouer des liens avec les autres, ce qui explique peut-être pourquoi elle contribue à la sympathie.

Lorsque nous comprenons la vulnérabilité de quelqu’un et que nous nous connectons avec lui, nous développons un lien émotionnel profond et finalement nous l’aimons davantage.

Appliquez ceci à votre propre vie

Pour pouvoir appliquer cela à votre quotidien, il est important de savoir que la sympathie dépend du contexte.

Ce que quelqu’un trouve attachant dans une situation peut ne pas paraître attachant dans une autre. Et nous sommes tous différents et ce que certaines personnes peuvent trouver attachant peut en horripiler d’autres.

Pour cette raison, il est important de ne pas se laisser aveugler par ce qui, selon vous, vous rendra plus sympathique. Car il est loin d’être sûr que tout le monde soit d’accord avec vous.

Parfois, les choses que nous détestons le plus chez nous sont les choses les plus attachantes pour les autres.

La même chose peut être vraie pour le contraire — parfois, ce que nous aimons chez nous est une qualité que d’autres n’apprécient pas du tout.

Il vaut donc mieux tout simplement d’être vous-même afin que les gens trouvent ce qu’ils aiment le plus chez vous.

En gros, ne jouez pas un rôle.

Deuxième chose importante: cette étude nous enseigne que la vulnérabilité est une bonne chose. Partager les parties les plus intérieures et authentiques de nous-mêmes peut forger des liens significatifs que nous n’aurions peut-être pas eus autrement.

Faire semblant d’être sans défaut n’est pas quelque chose que les gens trouvent attachant. Mais s’ouvrir, trouver un sens et partager des insécurités de manière sûre est quelque chose avec lequel les gens se connectent.

En conclusion, ce que vous pensez qui vous rend plus sympathique aux yeux des autres pourrait en fait vous rendre moins sympathique et vice-versa.

Laissez tomber l’armure de prétendre que vous ne faites jamais d’erreurs et optez plutôt pour la vulnérabilité. C’est de toute évidence le meilleur chemin vers une connexion humaine vraie et significative. (Cyril Malka)

2 réflexions sur “La recette pour être apprécié n’est pas celle que vous croyez”

  1. Avant j essayais toujours d anticiper
    de faire le Clown 🤡
    J’étais dans un rôle de sauveur
    aujourd’hui j ai pris conscience de tous ces schémas qui parfois ressurgissent mais cela me permet de freiner cet élan
    Pour laisser place à l’être que j aspire à être
    Moi même avec mes faiblesses et mes forces
    L humilité est une qualité qui crée du lien
    Depuis je me rends compte que l on me porte un respect différent intéressant
    Merci pour tout vos textes ceux ci contribuent à toujours réfléchir sur comment revenir à l’essentiel

    1. Cyril Malka

      Merci beaucoup, Ourida,

      Oui, la véracité est une bonne chose, même si on s’expose plus.

      De toute façon, si on porte un masque, la personne qui est aimée ou appréciée, ce n’est pas nous, mais le masque.

      Donc ça ne vaut vraiment pas le coup.

      Bonne semaine à vous.

      Cyril

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page