MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(16/06-2015) – Après un longu et inconfortable silence, Éric finit par dire à Isabelle : “Des fois, j’ai envie de te balancer du haut d’un pont”.

Puis, il relève la tête pour regarder sa femme, et ce qu’il voit le laisse sans voix…

Cela fait maintenant des années que je travaille en tant que thérapeute et thérapeute de couple. Si je devais décrire le plus gros défi d’une thérapie de couple, je dirais qu’il s’agit de comment savoir ce que vous ressentez et gérer suffisamment ces émotions afin de pouvoir les partager avec votre partenaire.

Il est bien plus facile de parler de logistique, de choses du quotidien : les enfants, notre travail, les finances, les plans pour les vacances… Bien sûr, ces choses sont toutes importantes, mais elles ont aussi un point commun : elles sont en surface.

Le vrai ciment, celui qui relie deux personnes de façon solide et constante ne reste pas à la surface. Ce ciment est fait d’émotions, de sentiments, de conflits et des fois, aussi de douleurs. On ne peut y accéder qu’en osant plonger dans le monde sombre des émotions avec son partenaire.

La plupart des couples ont du mal à le faire. C’est normal. Mais ceux qui ont le plus de mal sont ceux qui ont pour habitude de ne pas parler de leurs émotions. Ou parce que l’on vient d’une famille dans laquelle on ne parle pas de ces choses, ou parce que l’on a eu l’impression que personne n’a jamais été attentif à nos émotions, ou… peu importe la raison. Si on n’a pas pris l’habitude de gérer et d’exprimer nos émotions, il peut être très difficile de travailler avec. CQFD!

Il y a une technique, facile à apprendre, que vous et votre partenaire pouvez utiliser afin d’accéder au cœur et aux émotions de l’autre et de pouvoir cimenter le tout. C’est ce qu’on appelle : la technique des questions verticales.

Les questions verticales

Afin de bien comprendre les questions verticales, parlons un peu de leur opposé : les questions horizontales. Les questions horizontales sont les questions que vous posez quotidiennement à votre partenaire :

– Pourquoi rentres-tu si tard ?
– On fait quoi ce week-end ?
– Combien as-tu acheté ?
– Où étais-tu ?
– D’après toi, que devrions-nous faire ?

Toutes ces questions ont une valeur et sont importantes, bien entendu, mais elles se contentent de réunir et de donner des informations. Elles ne font rien pour approfondir votre relation.

Les questions verticales, elles, sont prévues pour avoir accès aux émotions. Ce sont des questions-défis qui demandent à votre partenaire de regarder à l’intérieur de soi, pas à l’extérieur. Elles lui demandent d’aller plus profondément en lui. Voici quelques exemples de questions verticales :

– Que ressens-tu par rapport à ça ?
– Non, vraiment, pourquoi as-tu fait/as-tu dit ça ?
– Es-tu en colère ? Pourquoi ?
– Tu as l’air triste. Es-tu triste ?
– Te rends-tu compte que ton langage corporel ne va pas de pair avec ce que tu dis ?

Bon, c’est un fait, ces questions ne sont pas faites pour les âmes sensibles. Ce sont des questions qui font réfléchir et qui sont difficiles à poser et à entendre. Elles sont réelles et profondes, demandent une réponse tout aussi réelle qui peut être difficile à entendre.

Si nous reprenons l’exemple du début, Éric et Isabelle que nous avons laissés en plan. Voici toute l’histoire :

Isabelle a remarqué que ces dernières semaines, Éric est rentré très tard du bureau. Elle est inquiète, car, apparemment, il continue à être en colère contre elle pour un petit souci qu’ils ont eu il y a plusieurs semaines.

Elle lui a plusieurs fois demandé s’il y avait quelque chose qui n’allait pas et à chaque fois, il a répondu “non, non, tout va bien”.

Néanmoins, elle peut parfaitement ressentir qu’il est comme déconnecté d’elle. Il parle normalement de choses du quotidien, mais donne l’impression d’être ailleurs.

Isabelle se décide donc de passer aux questions verticales afin de voir si elle peut accéder aux émotions d’Éric :

Isabelle : Tu rentres tard du bureau et tu parais distant. Il y a quelque chose qui ne va pas ?

Éric (avec un petit sourire) : Ne dis pas de bêtises. Tout va bien. Je suis juste un peu fatigué. Bon, sur ce, je vais au lit.

Isabelle : Attends une seconde. Te rends-tu compte que tes mots et ton langage corporel disent deux choses différentes ? Ton sourire a l’air faux et tu sors de la pièce tout en me disant que tout va bien. Que se passe-t-il ?

Éric s’arrête, il donne l’impression d’être agacé. Puis son aspect change et il a l’air perplexe. Isabelle attend pendant qu’elle peut voir qu’il focalise sur son intérieur.

Éric : Je… Je ne sais pas. Où est le problème ? (Mais apparemment, les questions d’Isabelle le frustrent).

Isabelle : J’ai été triste ces derniers temps, car tu m’as donné l’impression d’être distant et déconnecté. Peux-tu m’aider à comprendre ce qui se passe ? Je ne veux pas vivre comme ça.

Éric (qui a l’air inquiet maintenant pendant qu’il voit la tristesse de sa femme) : Bon, crois-moi, j’ai dépassé ça. Je m’en suis remis. Mais je ne peux pas croire que tu as parlé à ma mère de mon problème d’alcool pendant que j’avais le dos tourné. Ça a été un abus de ma confiance. Je ne peux pas comprendre pourquoi tu as fait ça. Apparemment, tu te moques de ce que je ressens.

Isabelle attend pendant qu’Éric regarde par terre. Elle voit les larmes emplir ses yeux.

–  Des fois, j’ai envie de te balancer du haut d’un pont, finit-il par dire.

Éric ne le voit pas, mais pendant qu’il parle, les yeux d’Isabelle s’emplissent également de larmes. Elle ressent un mélange d’émotions. Elle est triste parce qu’elle a fait mal à Éric, elle est frustrée que cela lui ait mis tant de temps à le dire, mais elle est reconnaissante qu’il l’ait enfin dit.

Quand Éric relève les yeux et voit Isabelle, il peut voir que non, Isabelle ne se moque pas de ce qu’il ressent et de ce qu’il pense.

À partir de ce moment, peu importe ce qu’il se passe. Les questions verticales d’Isabelle (et d’avoir osé être vulnérable et d’avoir osé partager ses propres émotions) ont aidé Éric à avoir accès à ses émotions profondes. Ils ont partagé ce que j’appelle une rencontre émotionnelle.

Éric et Isabelle ont partagé leurs émotions et ont ressenti la douleur l’un de l’autre. Ce moment va composer le ciment qui va les garder ensemble et qui va renforcer leur amour et leur passion.

Osez être attentif à l’autre. Osez poser les questions verticales. Ces questions qui font, des fois, un peu peur. Défiez-vous, défiez votre partenaire. C’est la meilleure façon de montrer et de renforcer votre amour. (Cyril Malka)

© 2015 –  Malka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page