MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(10/03-2015) – Que deviennent mes journées ? Nous sommes vendredi et hier, c'était lundi ! Comment se fait-il que le temps passe si vite ? Simple : Grand nombre de jours, de nuits, de réunions et d'autres situations sans importance n'ont tout simplement pas été remarqués.

Ce sont des situations qui n'ont pas laissé de trace indélébile dans notre cerveau ou qui ont été noyées dans tant d'expériences similaires qu'elles sont difficiles à retrouver. En gros : Nous avons oublié.

D'après les neurologues, ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Pour que l'esprit puisse fonctionner correctement et de façon aussi efficace que possible, il lui faut pouvoir oublier certaines choses afin de pouvoir apprendre, s'adapter et se souvenir de choses importantes.

Nous avons une forte tendance à croire qu'il est négatif d'oublier, mais si nous n'oubliions rien du tout, nous nous perdrions dans un océan d'informations sans importance.

Jill Price a écrit un livre sur le sujet : “The Woman Who Can't Forget” (non traduit en français). Ce livre est l'autobiographie de Jill Price qui est capable de se souvenir en détail de presque chaque jour de sa vie depuis l'âge de 14 ans. Ce qui représente une torture psychologique violente.

C'est, heureusement, un cas assez rare et les scientifiques de UC Irvine (USA) sont en train d'interviewer quelques 200 personnes qui prétendent avoir ce genre de mémoire autobiographique. Mais pour l'instant, ils n'ont trouvé que trois personnes pour qui c'est effectivement le cas.

Les souvenirs de choses signifiantes, comme l'affaire DSK au Sofitel, l'assassinat de Kennedy ou la “colère juste” de Ségolène Royal sont faciles à retenir, car nous les associons à d'autres choses et nous l'enregistrons dans notre mémoire à long terme.

Mais apparemment, les choses qui sont faites quotidiennement, répétées relativement souvent ou les petites choses de tous les jours sont en compétition les unes contre les autres. D'après les chercheurs le cerveau donne l'impression d'être conçu afin d'oublier les choses sans importance.

Les études et les imageries du cerveau semblent nous montrer que le cortex préfrontal est l'endroit où le tri se fait et c'est également lui qui va rechercher les informations.

Les chercheurs au laboratoire de travail sur la mémoire à l'université de Stanford ont démontré que plus on oublie ces souvenirs “en compétition” et moins le cortex travaille pour retrouver les autres informations.

En gros : Le fait d'oublier certaines choses sans importance libère des ressources d'énergie qui peuvent être utilisées à autre chose.

Pour vous donner une idée : Si vous devez apprendre un nouveau mot de passe pour votre ordinateur tous les trois mois, le cerveau libère la place prise par l'ancien mot de passe ce qui lui facilite la tâche pour se souvenir du nouveau.

Ne vous laissez pas berner : oublier est un processus très actif : Le cerveau est constamment en train d'évaluer, d'éditer, de trier les informations à une vitesse vertigineuse faisant de loin la pige aux fibres optiques. Le cerveau ne garde qu'une petite partie des informations et efface toutes les informations dont nous n'aurons plus jamais besoin. Ou dont il pense que nous n'aurons plus besoin.

La plupart des choses qui arrivent dans une journée ne nous laissent aucune impression, car notre concentration est focalisée ailleurs. Si vous marchez dans la rue tout en préparant ce que vous allez dire à l'entretien d'embauche auquel vous vous rendez, vous êtes concentré là-dessus et vous pourrez croiser votre famille dans la rue sans la reconnaître.

Il reste quand même une question importante : les informations dont nous n'avons pas besoin, sont-elles tout simplement effacées, ou sont-elles enregistrées quelque part, et mises comme “backup” ou “copie de sauvegarde” quelque part dans certains méandres de notre cerveau ?

Ce sujet est toujours au centre des débats. Certains experts pensent que l'hypnose peut faire revenir à la surface certains souvenirs qu'on croyait enterrés depuis longtemps, mais il ne faut pas oublier que même ces souvenirs ont été “traités” par le système de tri et donc peuvent également ne pas être corrects.

Que faire si on désire se rappeler plus facilement des choses qui se passent chaque jour ?

La méthode la plus simple est d'écrire un journal. Écrire quelques pensées et quelques petites choses qui se sont produites aide beaucoup. Déjà, car vous pouvez toujours retrouver ce qui s'est passé, mais aussi, car cela oblige à réfléchir et dans ce cas, on imprègne mieux la mémoire.

Prendre des photos et leur donner un nom aide également au processus.

Mais n'oubliez pas qu'il est utile d'oublier : si vous sortiez avec Pierre et que vous êtes aujourd'hui marié à Paul, vous désirez être capable de dire : je t'aime, Paul. C'est aussi pour cela qu'il est important d'oublier.

Si vous voulez en savoir plus sur la mémoire, voyez l'article ” Euh… J'ai oublié – entraînez-vous à vous souvenir ” ici. (Cyril Malka)

© 2008 – 2015 – Malka (Article de 2008, mis à jour et remanié en mars 2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page