Papa, retrouve ton rôle

(23/11-2017) - Le rôle classique du père est en voie de disparition. Aujourd'hui, les stéréotypes ont disparu et papa devient de plus en plus comme maman. Mais d'après les experts, il est important que le père retrouve sa valeur.

Albert, un bambin de trois ans, tombe et se fait mal. Papa et maman voient ce qui se passe, mais c'est papa qui se lève et qui va le consoler.

Il y a une trentaine d'années, cela aurait été plus probablement le rôle de la mère d'aller consoler l'enfant, mais aujourd'hui, le rôle de parent a bien changé.

More...

Papa est aussi souvent dans la cuisine que maman et il se lève la nuit pour les consoler si besoin est. Il joue avec eux, leur fait à manger et se précipite chez le docteur si leur température monte à plus de 38.

Aujourd'hui, papa et maman sont plus semblables l'un à l'autre qu'ils ne l'étaient auparavant. Ce qui est un avantage dans la société moderne où les deux parents travaillent, car si on veut avoir les moyens d'avoir sa maison, la voiture et des vacances, on n'a pas trop le choix.

Des valeurs en zigzag

Le nouveau genre du père est un détachement des valeurs classiques, que nous comprenons comme "valeur naturelle". Cela peut poser problème par rapport au rôle de père envers les enfants, et surtout envers les fils.

"Le problème est que le rôle du père moderne n'a pas été conçu aux conditions du père, mais aux conditions de la mère. Une bonne partie des choses qui étaient la définition du père sont aujourd'hui perçues comme “phallocrates” et négatives. Il s'agit d'une continuation de la ligne “peace and love” des années soixante qui a fini par rendre le père étranger à son rôle. On a refondu le rôle du père d'après les valeurs féminines".  C'est ce que dit le psychologue et psychothérapeute Cyril Malka qui est marié à une danoise, père de deux enfants et qui a vécu la plus grande partie de sa vie au Danemark.

Il a travaillé sur la psychologie des garçons et des hommes et voit comme un problème que le père n'ait pas pu reformer son rôle en tant que père dans la société moderne sous ses conditions.

"Il n'est pas question d'élever les garçons en leur apprenant à cracher et à se battre. Mais le rôle de l'homme, au lieu de se développer dans son propre sens, s'est développé en direction féminine. C'est un peu comme s'il était plus correct de se développer en direction féminine que masculine ".

Vous aimez ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir gratuitement articles et nouvelles.

  • Recevez les nouveaux articles et nouvelles le jour de leur parution
  • Restez informé sur ce qui se passe dans le monde de la psychologie
  • Recevez gratuitement dans votre boîte mail des articles pour vous aider à avancer et à surmonter les problèmes du quotidien

Des rôles flottants

Lorsque les rôles deviennent flottants, les enfants ont du mal à voir la différence entre les sexes et à se trouver un modèle. Il est plus facile de s'y retrouver si le père a un rôle bien défini et la mère un autre.

"Bien entendu, un père peut parfaitement changer les couches, il n'est pas question de ça du tout. Ce dont il est question, c'est que ce rôle a pris la place d'autre chose qui donc disparaît. Un père remplit un autre rôle que la mère et il a d'autres valeurs. Mon fils n'a pas besoin d'en dire beaucoup avant que je ne comprenne ce qui se passe. Ce n'est pas parce que je suis génial, mais c'est tout simplement parce que moi aussi, j'ai été garçon".

Cyril Malka indique qu'il est important de montrer aux enfants la différence entre homme et femme.

"Le masculin et le féminin font tous deux partie de ce cadre qu'on doit donner à l'enfant. C'est une partie de l'identité. Bien entendu, papa et maman doivent se partager le côté pratique du foyer, il s'agit là d'un développement social qu'il nous faut suivre. Mais il est également important de comprendre que papa et maman ont chacun leur sphère, chacun leur rôle et chacun leur spécialité", dit Cyril Malka.

Le psy franco-danois a remarqué que de plus en plus d'hommes font une crise d'identité, et Cyril Malka s'inquiète du développement possible des enfants d'aujourd'hui, car ils n'ont pas connu de différence de rôle entre le père et la mère :

"Il y a de plus en plus de crises d'identité. Une des raisons peut être ce vacuum identitaire dans lequel les enfants se sont développé ces dernières décennies" dit Cyril Malka.

"C'est également un problème pour le père, car il lui faut retrouver les valeurs masculines. Aujourd'hui, on a créé un rôle de père dans lequel on a gardé les qualités du père qui en font un grand garçon, car on les considère comme des qualités positives, mais on a annihilé d'autres qualités qui en fin de compte étaient leur contrepoids. Cela déstabilise les hommes et les transforme en grands enfants. Ça risque de développer des adultes qui restent "adolescents". Pour les enfants, surtout les garçons, cela rend l'identification difficile, car les deux rôles, père et mère, sont fusionnés en un."

Sortir du Puits

Cyril Malka pense que les pères doivent commencer à se démarquer et à oser être hommes. Il leur faut entrer dans leur rôle de père et d'homme, tout en restant modernes et engagés.

"En théorie, un père et une mère sont parfaitement capables de faire les mêmes choses avec un enfant et dans un foyer. Mais un père a des qualités qui lui sont propres. Il peut s'engager dans les jeux avec les enfants plus facilement, car l'homme a une tendance “grand enfant” et peut facilement entrer dans le jeu. Et qu'on le veuille ou non, le père est généralement plus apte à gérer les garçons. Il peut plus facilement comprendre pourquoi son fils réagit comme il réagit dans certaines situations sans que celui-ci n'ait besoin de tout savoir formuler. C'est une erreur que de croire que les garçons, ou les hommes, ne parlent pas d'eux ou de leurs émotions. Ils le font, mais ils s'expriment d'une autre façon que les femmes." dit Cyril Malka, et il approfondit sa pensée :

"Les hommes sont plus catégoriques que les femmes. Ils voient les choses un peu plus en noir et blanc. Cela a l'avantage qu'on peut plus facilement trancher sur une situation.

Le problème est que l'homme moderne a appris que c'était mal de penser de façon catégorique et donc les hommes, ayant perdu l'habitude d'oser prendre des décisions ont de plus en plus de mal à en prendre. Je pense que si on avait appris à faire la différence entre “être égaux” et “être semblables”, cela aurait eu un bien meilleur résultat.

Au Danemark, on a jugé pendant trop longtemps qu'il valait mieux se soumettre aux valeurs féminines, mais il est maintenant temps que les hommes comprennent qu'il est nécessaire de mettre des limites et d'oser prendre des décisions.

En prenant le risque d'être défini comme phallocrate, je dirais qu'il est temps que les pères comprennent qu'ils ont un rôle à jouer et que ce rôle est différent de celui de la mère. Cela ne veut pas dire que nous devons être froids, cyniques ou autoritaires, mais cela veut dire qu'il nous faut apprendre (ou réapprendre) à trancher dans certaines situations et à être un pilier pour la famille. Il nous faut prendre la responsabilité de ce que nous sommes et du rôle que nous jouons dans la famille."

​© 1995 - 2017 - Malka + Vores Børn

(Traduction d'une interview parue dans le magazine danois “Vores Børn” [Nos Enfants] en mars 2005 - inspiré par un de mes articles en danois paru dans “Fyens Stiftstidende” (27/03-1995), “Natflyveren” (oct. 1995), “Skolen” (dec. 1996), “Vi forældre” (juin 1997), “Dagbladet – Roskilde” (22/08-1998) ainsi que “Vores Børn” (mai 2002)).

Partagez ici
>