MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

Prozac ne change rien aux problèmes d’anorexie

(15/06-2006) – Prozac est un des antidépresseurs souvent utilisé pour traiter l’anorexie. Mais les chercheurs ont découvert qu’il n’empêchait pas les jeunes femmes de s’affamer.

Les scientifiques ont fait une étude et ont constaté que la plus de la moitié des femmes qui ont pris du Prozac et plus de la moitié des femmes ayant pris un placebo ont abandonné le traitement. Les quelques-unes qui ont continué le traitement on pu garder leur poids au dessus de la ligne dangereuse. Ce résultat plutôt médiocre indique la difficulté de traiter les troubles alimentaires.

Les chercheurs ont conclu, après avoir synthétisé les résultats obtenus lors de cette expérience et les résultats obtenus lors d’expériences antérieures que la prescription d’antidépresseur « n’apporte probablement aucune aide notable à la plupart des patients souffrant d’anorexie ». Leur rapport a paru hier, le 14 juin 2006 dans JAMA, le Journal de l’Association des Médecins Américains (Journal of the American Medical Association).

D’après ce rapport, tout porte à croire que seuls quelques traitements comportementaux sont capables d’améliorer cet état ainsi que les méthodes de thérapies qui encouragent le patient à développer une autre façon de penser afin contrer leur comportement alimentaire (en gros, les thérapies comportementales et cognitives).

Les mauvais résultats obtenus par les traitements au Prozac ne surprennent pas les médecins car l’anorexie est considérée comme le plus coriace des troubles psychologiques.

Dans cette nouvelle étude, qui a duré un an, les femmes ont d’abord eu un traitement psychiatrique et avaient pris suffisamment de poids avant d’entrer en traitement avec du Prozac ou des placebos.

Environ 27% des 49 participantes ayant reçu du Prozac ont pu conserver leur poids et ont fini le traitement alors que 32% des 44 femmes ayant reçu des placebos ont fini le traitement et ont pu conserver leur gain de poids. Dans ce cas, le placebo était plus efficace que le Prozac. 25 utilisatrices de Prozac et 28 utilisatrices de placebo ont abandonné le traitement pour cause de perte de poids ou car elles n’étaient pas satisfaites du traitement.

Une des patientes, une jeune fille de 17 ans sur Prozac, a fait une tentative de suicide.

Les chercheurs ont par ailleurs noté que la dépression va souvent main dans la main avec l’anorexie et que l’anorexie est le trouble psychologique ayant le plus haut taux de suicide.

L’anorexie touche 2% des femmes françaises (soit le double des femmes américaines, pour une fois, nous les battons !). 90% des anorexiques sont des femmes. (Cyril Malka)

Vous pouvez télécharger le rapport ici (en anglais).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page