MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

Les gens pensent qu’ils sont moins susceptibles d’attraper la COVID d’amis que d’étrangers

Les gens pensent qu’ils sont moins susceptibles d’attraper la COVID d’amis que d’étrangers - illustration(08/03-2022) – La distanciation sociale a été un élément clé de la réponse à la pandémie : nous avons tous appris que notre risque d’infection est réduit si nous minimisons les contacts que nous avons avec les autres. Pourtant, il existe d’innombrables histoires de personnes rencontrant secrètement des amis et de la famille, même au plus fort du confinement.

De toute évidence, bon nombre de ceux qui ont ignoré les règles l’ont fait par désir d’interaction sociale et de soutien. Mais une étude dans Humanities and Social Sciences Communications suggère qu’il pourrait y avoir une autre raison également : nous sous-estimons simplement le risque de contracter la COVID-19 par des amis.

À travers une série de cinq études, Tobias Schlager de l’Université de Lausanne et Ashley V Whillans de la Harvard Business School ont constaté que les gens pensent systématiquement que les amis présentent moins de risques que les étrangers.

Dans la première étude, les participants ont évalué la probabilité d’attraper la COVID d’un ami, d’un membre de la famille, d’un étranger, d’un collègue de travail ou d’une connaissance, en évaluant le risque de chacun « par rapport à toute autre personne ». L’équipe a constaté que les participants pensaient en fait que la plupart de ces personnes présentaient un risque plus faible que la personne moyenne, mais surtout, ils évaluaient les amis comme le risque le plus faible et les étrangers comme le plus élevé.

Si les participants avaient côtoyé des étrangers plus que des amis pendant la pandémie, il serait logique qu’ils classent les étrangers comme un risque plus élevé. Ainsi, dans l’étude suivante, l’équipe a demandé aux participants d’imaginer qu’ils étaient allés au supermarché et avaient rencontré un ami, un membre de la famille, un caissier, un étranger et un collègue. Ils ont évalué la probabilité de contracter la COVID de chacune de ces personnes en utilisant la même échelle qu’auparavant, et ont également indiqué combien de temps ils s’attendaient à leur parler.

Les participants ont évalué les amis et la famille comme présentant un risque significativement plus faible que la personne moyenne. Ils ont également évalué le caissier comme un risque significativement plus élevé que la personne moyenne, suivi de l’étranger.

Enfin, l’équipe a également trouvé des preuves que les gens peuvent s’éloigner physiquement davantage des étrangers que des amis. Les participants ont placé un chiffre sur leur écran pour indiquer à quelle distance ils se tiendraient à côté de quelqu’un d’autre dans un parc. Ceux qui ont lu qu’ils rencontraient un ami ont placé les chiffres plus près que ceux qui ont lu qu’ils rencontraient un collègue. Cependant, les participants à qui on a également rappelé les dangers associés au fait de passer du temps à proximité des autres ont mis une plus grande distance entre eux et l’ami.

Dans l’ensemble, les travaux fournissent donc des preuves assez convaincantes que les gens sous-estiment le risque posé par les amis.

Les résultats sont cohérents avec d’autres travaux concluant que la familiarité et la confiance sont liées à une perception réduite du risque.

Il faut néanmoins prendre ces études avec un grain de sel (comme toutes les études, d’ailleurs), car cette étude est basée sur des données autodéclarées et des scénarios imaginaires. Et tout le monde sait qu’au moment venu, on ne réagit pas toujours comme on l’avait imaginé. (Cyril Malka)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page