Malka

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(08/01-2019) – L'étude nous vient des États-Unis, mais beaucoup de choses portent à croire que cette tendance existe en Europe également.

D'après les chiffres d'une étude publiée dans le JAMA (Journal of the American Medical Association), 10% de la population souffre au moins d'une forme d'allergie alimentaire.

Mais ils ont trouvé qu'apparemment, 19% des adultes se croient allergiques à un aliment même si les symptômes qu'ils rapportent ne correspondent pas à une allergie alimentaire, mais plutôt à une intolérance ou à une autre condition.

Les chercheurs ont interviewé et testé toutes les personnes se disant allergiques alimentaires et les résultats ont été édifiants. Seuls 50% des personnes qui se disaient allergiques l'étaient vraiment.

Il est important de poser le bon diagnostic et de ne pas se contenter de s'estampiller comme allergique car si on ne l'est pas, cela peut être un symptôme de quelque chose d'autre et on peut laisser un problème médical évoluer sans rien y faire tout simplement car on se croit allergique.

Les symptômes d'intolérance peuvent aussi avoir leur source ailleurs, dans un mal être psychologique, une relation qui vous use, un environnement toxique (psychologique, physique ou social), stress ou autre.

Dans tous les cas, il est important de faire le point sur la situation car n'est pas allergique qui veut.
À titre d'information, l'étude indique quels sont les aliments les plus allergènes pour les adultes américains. Les pires sont les crustacés (7,2 millions d'adultes), le lait (4,7 millions), les cacahuètes (4,5 millions), les fruits à coque (3 millions), poissons à nageoires (2,2 millions), oeufs (2 millions), blé (2 millions), soja (1,5 million) et sésame (0,5 million). (Cyril Malka)

Cliquez ici pour lire et télécharger cette étude (en anglais)

© 2019 – Malka

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top