Youtube et l’automutilation

201107071217.jpg (18/03-2015) – D’après une étude publiée dans Pediatrics, les vidéos dans lesquelles on peut voir des adolescents en train de se mutiler sont très à la mode et pourraient parfaitement déclencher ce comportement chez des jeunes psychologiquement fragiles.

Il suffit de chercher quelques secondes sur Youtube et on trouve une foule de vidéos de personnes en train de s’automutiler à l’aide de lames de rasoir ou d’autres objets. Les vidéos sont souvent accompagnées de photos détaillées mélangées à des photos romantiques sur un fond de musique rock ou sentimentale.

D’après l’auteur du rapport, le psychologue canadien Stephen Lewis, ces vidéos peuvent inspirer beaucoup de jeunes. Lewis et son collègue ont trouvé plus de 5 000 vidéos d’automutilation sur Youtube. Les vidéos dissuasives ne représentent qu’une partie infime du lot. Pour faire leur rapport, ils ont choisi 100 vidéos parmi les plus populaires. Elles avaient été vues plus de deux millions de fois chacune et ont généré une foule de commentaires.

Vous aimez ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir gratuitement articles et nouvelles.

  • Recevez les nouveaux articles et nouvelles le jour de leur parution
  • Restez informé sur ce qui se passe dans le monde de la psychologie
  • Recevez gratuitement dans votre boîte mail des articles pour vous aider à avancer et à surmonter les problèmes du quotidien

 

D’après les deux chercheurs, les parents et les professionnels devraient être attentifs à ce phénomène et comprendre que ces vidéos peuvent aller à l’encontre du travail effectué avec l’adolescent. Pour ces raisons, les deux professeurs demandent à Youtube d’inclure des possibilités d’aide, sous forme de liens ou d’autres vidéos, aux vidéos d’automutilation.

Un porte-parole de Youtube a annoncé qu’ils allaient voir ce qui est techniquement possible à faire dans ces cas. Youtube a une politique assez stricte pour ce qui est de vidéos de comportement dangereux. Celles-ci sont généralement signalées. Il faut préciser son âge pour pouvoir voir la vidéo (ou faire un login depuis son compte). Les vidéos les plus violentes sont généralement enlevées par Youtube.

D’après Lewis, 14 % à 24 % des jeunes ont essayé l’automutilation au moins une fois. Les jeunes sont généralement de 14 à 25 ans et la plupart sont des filles (95 % des cas étudiés étaient des filles). La méthode d’automutilation la plus prisée est généralement de se couper.

Les thérapeutes et les parents devraient être conscients de la force avec laquelle Youtube peut inspirer ces jeunes. De même, les parents ne doivent pas hésiter à parler avec leurs enfants de ce sujet. Soyez attentif : si votre enfant s’habille constamment en manches longues, en habits qui couvrent tout le corps hiver comme été, cela peut être un signe de pratique d’automutilation. N’hésitez alors pas à traiter le sujet.

Le but de l’automutilation n’est pas de se suicider. Le jeune ne se coupe généralement pas suffisamment profondément pour ça, bien que cela puisse arriver par accident. Les jeunes qui s’automutilent souffrent généralement de colère, de tristesse, de dépression ou d’autre problème émotionnel et ne sont pas en possession des outils psychologiques nécessaires pour gérer la situation et leurs émotions.

Les vidéos de Youtube peuvent devenir déclencheur de ce comportement, mais, elles peuvent également être une aide : le fait que le phénomène est un sujet de débat social et ouvert plutôt que quelque chose qu’on cache en secret peut devenir une solution au problème. Une épée à deux tranchants, dira-t-on. (Cyril Malka)

L’étude a paru dans Pediatrics et peut être téléchargée ici (format pdf – anglais).

© 2011 – 2015 – Malka (Article du 23/02-2011  remanié et mis à jour le 18 mars 2015)

Partagez ici
  • Mitouchèle says:

    L’article est particulièrement bienvenu, je connais mal ce sujet 🙂
    Est-ce que celui qui s’automutile recherche un plaisir masochiste et/ou est-ce qu’il s’agit pour lui d’agresser son propre corps, faute de pouvoir s’en prendre à quelqu’un de précis ?
    Glaçant… 🙁

    • Cyril Malka says:

      Bonjour, Mitouchèle,

      Il est rare de trouver l’automutilation chez les adultes (ou dans ce cas, il s’agit souvent d’adultes immatures), c’est plutôt un phénomène que l’on trouve répandu chez les jeunes. On s’accorde à dire qu’il est de la “même famille” (si on peut dire ça comme ça) que le suicide ou la tentative de suicide. Voici une explication que j’ai publié dans l’article “Internet et auto-mutilation des adolescents” (qui est ici => http://malka.fr/58/)

      Même si on n’a pas encore défini le profil type de la personne qui s’automutile, les chercheurs indiquent que ce comportement est plus typique de l’adolescence que de l’adulte ou de l’enfant.

      Il commence le plus souvent avec l’adolescence, va en augmentant jusqu’au milieu ou à la fin de l’adolescence pour décliner à l’âge adulte. Il y a quand même toute une catégorie de personnes qui, adultes, continuent à s’automutiler.

      Il est difficile de savoir si les personnes qui s’automutilent sont plutôt femmes ou hommes, mais la plupart des recherches qui ont été faites jusqu’ici suggèrent que la majorité est composée d’adolescents de sexe féminin.

      Si on lit les études de Conterio et Lader ainsi que Favazza, il y est décrit que les femmes composeraient la majorité des personnes qui s’automutile. D’après d’autres études, entre autres Briere et Gil, la différence ne serait pas aussi grande qu’on pourrait le croire, mais il y aurait de toute façon une prédominance de filles.”

      Donc, en gros, il y a plusieurs explications et plusieurs groupes et chacun y va de ses raisons 🙂

      Amicalement,

      Cyril

  • >