MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(03/01-2009) – Pour la plupart d'entre nous, il paraît logique de lier les mots et la musique. Mais un sentiment profond de liaison n'est bien entendu pas suffisant pour pouvoir baser des théories. Pour cela, il faut des preuves scientifiques.

Et ce sont ces preuves qui viennent d'être démontrées par, entre autres, le professeur en neurologie de Harvard Medical School, Gottfried Schlaug.

Des études ont confirmé que le traitement du langage et de la musique se superpose dans le cerveau et on pense que l'éducation musicale intensive pourrait améliorer les troubles du langage qui suivent une attaque cérébrale.

De même, l'éducation musicale aiderait les enfants qui souffrent de dyslexie ou d'autisme à se développer.

“- Faire de la musique est une expérience multisensorielle qui active des liens à de multiples parties du cerveau”, a annoncé le professeur Schlaug au congrès annuel de l'Association Américaine pour le Développement de la Science.

Schlaug a montré la vidéo d'un patient qui ne pouvait qu'ânonner certains sons, mais capable de chanter “J'ai soif” ou “joyeux anniversaire” sans problème.

Il y a bien longtemps qu'on a remarqué que les victimes d'attaques cérébrales incapables de parler étaient parfaitement en état de chanter.

Lors de mes études, je travaillais comme aide soignant au Danemark dans un service qui recevait, entre autres, les patients souffrants d'une attaque cérébrale et l'un d'entre eux avait été chanteur d'opéra.

Il pouvait parfaitement se tenir à un bon du couloir et nous chanter : “Je veeeeeux aaaaller faaaaire piiiipiiii”. Sa voix portait loin en plus et c'était très motivant (surtout au moment des visites !).

Nina Kraus, directrice du Laboratoire des Neurosciences Auditives à Northwestern University a également rapporté que de nouvelles études prouvaient que le fait d'entraîner le cerveau à la musique améliorait d'autres facultés.

Le cerveau bien entraîné est par exemple capable de détecter les patrons des sons ce qui fait que les musiciens sont plus doués que les autres pour reconnaître la voix d'un ami dans un restaurant bruyant.

L'expérience musicale dès le départ de la vie améliore d'importantes capacités. Le fait de jouer d'un instrument peut aider les jeunes à discerner la parole dans une classe bruyante et d'être capable d'interpreter certaines nuances de langage qui ne sont perceptibles que par des changements subtils de la voix humaine.

Nina Kraus n'a pas manqué de noter que lorsqu’'un adulte parle à un bébé, il utilisera souvent un masque musical.

On a constaté que plusieurs années d'entraînement musical améliorent grandement la façon dont les sons du langage et les émotions sont traités.

En fin de compte, ces mêmes qualités qui sont déficientes chez les enfants qui souffrent de dyslexie et d'autisme.

Les méthodes musicales ont été utilisées depuis des années par les écoles Steiner par exemple au Danemark (mais accusés d'être une secte en France), où des résultats surprenants ont été obtenus avec, entre autres, des enfants trisomiques. (Cyril Malka)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page