MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(06/08-2008) – Des chercheurs anglais, allemands et chinois disent avoir déterminé que la schizophrénie est une conséquence malheureuse de l'évolution rapide du cerveau humain.

Le groupe de recherche dirigé par Philip Khaitovich, de l'Institut Max-Plank pour l'Anthroplogie Evolutionaire et la branche de Shanghai de l'Académie des Sciences chinoise a examiné les cerveaux d'humains qui étaient schizophrènes et d'humains qui n'étaient pas schizophrènes et les ont comparés aux cerveaux de chimpanzés et de singes rhésus.

Khaitovich a expliqué que les scientifiques recherchaient des différences dans les concentrations et les expressions d'instructions génétiques afin d'identifier des “mécanismes moléculaires impliqués dans l'évolution des habilités cognitives humaines”.

D'après Khaitovich, les gènes et les métabolites sont altérés chez le schizophrène. Surtout ceux qui sont reliés au métabolisme de l'énergie sont beaucoup changé lors de l'évolution et ce sont les gènes les plus touchés.

” Notre recherche suggère que la schizophrénie est un sous-produit de l'augmentation de la demande métabolique demandée par l'évolution du cerveau humain. Le cerveau humain est unique en son genre, car il a de fortes demandes métaboliques. Si nous pouvions expliquer comment notre cerveau peut gérer un tel flux métabolique, nous pourrions plus facilement comprendre comment le cerveau fonctionne et pourquoi il ” casse ” de temps à autre, ” a expliqué Philip Khaitovich. (Cyril Malka)

L'étude vient de paraître dans le journal Genome Biology.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page