Le large impact de la pornographie sur tous les genres

Le large impact de la pornographie sur tous les genres(06/03-2024) – Une étude internationale majeure menée par un psychologue canadien met en lumière un phénomène caché: la manière dont l’utilisation problématique de la pornographie affecte les personnes dans différentes régions du monde, de différents genres et orientations sexuelles.

Publiée dans la revue Addiction, la recherche qui porte sur 82 000 personnes dans 42 pays s’intéresse à des groupes qui ont souvent été négligés dans le passé, notamment les femmes et les individus qui ne correspondent pas aux catégories de genre traditionnelles.

Dans leurs conclusions, largement basées sur des enquêtes et des questionnaires, la professeur adjointe de psychologie de l’Université de Montréal, Beáta Bothe, et ses collègues se concentrent sur ce que les experts appellent « l’usage problématique de la pornographie » ou UPP, qui indique des gens qui ne peuvent pas contrôler leur utilisation de la pornographie.

Cette mauvaise utilisation peut avoir de graves conséquences sur leur vie, notamment la perte d’emploi ou un profond sentiment de détresse. Il est important de noter que l’étude précise que se sentir coupable de consommer de la pornographie ne signifie pas nécessairement que quelqu’un est un utilisateur problématique.

Jusqu’à 94 % des adultes

Beaucoup de gens regardent de la pornographie.

En Amérique du Nord, en Europe et en Australie, 70% à 94% des adultes ont consommé de la pornographie à un moment donné de leur vie.

Auparavant, on savait que les hommes pouvaient souvent devenir des utilisateurs problématiques de pornographie, mais il y avait peu d’informations sur la manière dont les femmes et les personnes ayant diverses « identités de genre » sont affectées. On n’avait pas non plus vraiment étudié la manière dont ce problème affecte les personnes en fonction de leur orientation sexuelle.

L’étude menée par Beáta Bothe est l’une des premières sur la pornographie à inclure un large éventail de personnes et à considérer différents genres.

En fouillant dans les données, Bothe et ses co-chercheurs ont utilisé des outils analytiques spéciaux conçus pour mesurer la gravité du problème de pornographie de ces personnes.

Ils ont découvert qu’un peu plus de 3% pourrait avoir un réel problème avec la pornographie.

Les hommes semblaient avoir plus de problèmes que les femmes, mais l’étude n’a pas trouvé de grandes différences selon que les gens étaient hétérosexuels, homosexuels ou bisexuels, ou s’ils déclaraient d’autres orientations sexuelles.

De plus, relativement peu de personnes susceptibles d’avoir un problème avec la pornographie cherchent de l’aide.

Les recherches montrent que l’utilisation problématique de la pornographie est peut-être plus courante que beaucoup ne le pensent et affecte un large éventail de personnes. De plus, elles indiquent que même si beaucoup sont en difficulté, peu d’entre eux demandent de l’aide. C’est important car cela suggère que davantage de travail doit être fait pour comprendre et soutenir ceux qui en sont affectés.

De nombreuses façons de consommer

En ligne, il existe toutes sortes de contenus sexuellement explicites, la plupart gratuitement. Ceux-ci incluent:

  • Vidéos et films. Il s’agit peut-être des formes de pornographie les plus courantes, impliquant divers types d’activités sexuelles présentées sous forme vidéo. Ceux-ci peuvent aller des enregistrements amateurs aux productions professionnelles.
  • Images et photographies. Il s’agit notamment d’images fixes, qui peuvent être soit des photographies, soit des œuvres d’art créées numériquement, représentant de la nudité ou des actes sexuels.
  • Histoires et littérature érotiques. Ces documents écrits décrivent des scénarios et des fantasmes sexuels et se trouvent sur des sites Web et des forums en ligne.
  • Émissions de webcams en direct. Il s’agit de diffusion en direct d’actes sexuels ou de performances érotiques réalisées par des individus ou des groupes, permettant souvent aux spectateurs d’interagir avec les artistes.
  • Réalité virtuelle (VR) et contenu interactif. Des technologies avancées sont désormais utilisées pour créer des expériences pornographiques immersives et interactives, souvent à l’aide de casques VR.
  • Salons de discussion et forums. Ces plateformes facilitent les conversations et les échanges sexuellement explicites, incluant parfois le partage de contenus sexuels personnels.
  • Contenu animé et hentai. Cela inclut la pornographie animée, souvent avec des scénarios fantastiques ou exagérés, y compris un sous-genre connu sous le nom de « hentai », qui est une forme de pornographie japonaise d’anime et de manga.

Les chercheurs n’ont pas mesuré le type de pornographie que les gens regardent, donc ils ne savent pas si les contenus regardés correspondent à l’orientation sexuelle des personnes. Mais ils peuvent dire qu’il n’y a pas de différence d’UPP entre les personnes ayant des orientations sexuelles différentes, et que les hommes signalent plus fréquemment un UPP que les femmes ou les individus de genre différent.

Dans certaines cultures, bien que largement consommée, la pornographie est toujours considérée comme taboue, ce qui peut avoir pour effet que les femmes s’en détournent davantage que les hommes.

Les jeunes, en particulier ceux qui ont grandi avec un accès facile à Internet, consomment généralement plus de porno en ligne que les générations plus âgées qui n’ont pas eu un tel accès au cours de leur jeunesse. Et tandis que la plupart des gens utilisent la pornographie pour rechercher une gratification sexuelle, d’autres le font par curiosité, à des fins éducatives ou comme moyen d’explorer leur sexualité.

Influencé par d’autres facteurs

Les personnes qui s’identifient comme transgenres ou non binaires peuvent avoir des préférences spécifiques différentes de celles des personnes hétérosexuelles, note l’étude.

Pour ces personnes, la façon dont elles consomment du porno peut être influencée par des facteurs tels que la recherche d’une représentation ou l’exploration du genre et de l’identité sexuelle.

Même si les individus issus de minorités sexuelles regardent du porno plus fréquemment que leurs pairs hétérosexuels – parce qu’il peut être plus difficile pour eux de trouver des partenaires romantiques ou sexuels ou parce qu’ils utilisent le porno pour en savoir plus sur leur sexualité – ils ne signalent pas plus de problèmes avec leur utilisation de la pornographie que leurs pairs hétérosexuels note l’étude.

Dans l’ensemble, et d’après Beáta Bothe, il est important de reconnaître que ces modèles sont influencés par une interaction complexe de facteurs personnels, sociétaux et culturels et peuvent varier considérablement au sein des groupes. Et la perception et l’impact de la consommation de pornographie peuvent varier considérablement selon les individus au sein de ces groupes. (Cyril Malka)

L’étude est disponible ici: https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/add.16431

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut