Le TDA/H chez les femmes est régulièrement rejeté ou mal diagnostiqué

Le TDA/H chez les femmes est régulièrement rejeté ou mal diagnostiqué(17/10-2023) – Le TDA/H est un trouble neurologique caractérisé par un schéma persistant d’inattention – avec ou sans hyperactivité et impulsivité – qui interfère avec le fonctionnement quotidien. Alors que les taux de prévalence sont très similaires selon le sexe, le taux de diagnostic chez les hommes (chiffre des US) est près de 69 % plus élevé que chez les femmes (5,4 % des hommes aux États-Unis ont un diagnostic de TDA/H contre seulement 3,2 % des femmes.)

Pourquoi? Le TDA/H chez la femme ne respecte pas les stéréotypes. Sa présentation distincte des symptômes est surtout basé sur l’inattention – une caractéristique qui explique, en partie, pourquoi le TDA/H chez les femmes est encore largement mal compris, négligé et insuffisamment étudié.

Malgré une meilleure sensibilisation au TDA/H en général, la science doit encore apprendre et démêler beaucoup de choses sur le TDA/H chez les femmes.

TDA/H chez les femmes : perspectives historiques

Notre compréhension du TDA/H a considérablement évolué. Autrefois considéré comme une condition définie par des mesures d’hyperactivité chez les enfants, le TDA/H est maintenant compris comme incluant l’inattention et pouvant durer toute une vie. Pourtant, de nombreux stéréotypes obsolètes sur le TDA/H persistent à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté médicale, ce qui entrave l’étude, la détection et le traitement du TDA/H chez les femmes d’aujourd’hui. Des recherches récentes prédisent de graves problèmes de santé mentale et physique pour les femmes qui ne sont pas correctement évaluées et restent non traitées en raison de mythes nocifs sur le TDA/H comme les suivants :

  • Le TDA/H est un trouble masculin. Les garçons hyperactifs, jugés perturbateurs et ingérables, étaient ceux qui étaient dirigés vers les cliniques. Les premières études étaient basées sur les comportements de ces garçons hyperactifs. Ces résultats ont contribué à façonner les critères de diagnostic et les échelles d’évaluation encore en usage aujourd’hui.
  • Le TDA/H est un trouble de l’enfance. Le TDA/H a longtemps été classé comme un trouble du comportement perturbateur de l’enfance, basé sur la caractéristique de l’hyperactivité. Au fil du temps, il est devenu clair que le TDA/H ne se cantonne pas à la puberté et que les symptômes d’inattention persistent plus longtemps que les symptômes d’hyperactivité.

TDA/H chez les femmes : signes et symptômes

Le TDA/H chez les femmes signifie principalement une plus grande probabilité pour ce qui suit :

  • présentation inattentive des symptômes, y compris, selon le DSM-5
  • ne pas prêter une attention particulière aux détails ou faire des erreurs d’inattention dans les activités
  • difficulté à retenir l’attention sur les tâches
  • ne pas suivre les instructions et ne pas terminer ses tâches
  • difficulté à organiser les tâches et les activités
  • être facilement distraite
  • oubli dans les activités quotidiennes
  • symptômes d’intériorisation, y compris l’humeur et l’anxiété.

TDA/H chez les femmes : attentes en matière de rôle de genre

 

Le TDA/H chez les femmes est compliqué par les attentes en matière de rôle de genre. La longue liste d’attentes de la société pour les femmes – la gestion de soi, de la famille et du foyer – nécessite une coordination cohérente des fonctions exécutives.

Les femmes atteintes de TDA/H ne sont pas bien câblées pour ces demandes. Mais en elles recherchent l’acceptation sociale et sont souvent déterminés à y répondre, généralement en masquant les symptômes et les problèmes.

La honte et la culpabilisation alimentent l’interaction dynamique entre les attentes de la société et le dysfonctionnement exécutif du TDA/H. Pour comprendre les femmes atteintes de TDA/H, les cliniciens ne doivent pas sous-estimer la façon dont les femmes mesurent leur estime de soi en fonction de leur succès à se conformer aux attentes de genre.

TDA/H chez les femmes : déficits sociaux

Les femmes atteintes de TDA/H, par rapport aux hommes atteints de TDA/H, ont plus de mal à se socialiser.

  • Les femmes sont souvent submergées par les exigences des relations et ont donc tendance à avoir moins de relations significatives. Elles initient rarement des amitiés et elles ont du mal à les maintenir. L’isolement les protège de l’inconfort et de la confusion.
  • Elles luttent souvent contre la sensibilité au rejet, une réponse émotionnelle intense au rejet réel ou perçu, qui peut faire de l’interaction sociale une source potentielle de douleur.
  • Elles sont plus susceptibles d’adopter des comportements sexuels à risque que les femmes sans TDA/H. Une théorie à ce sujet est la reconnaissance précoce de la sexualité comme un raccourci vers l’acceptation sociale. Il est courant de trouver des antécédents d’initiation précoce à l’activité sexuelle, de rapports sexuels précoces, plus de partenaires sexuels, de rapports sexuels plus occasionnels, de rapports sexuels moins protégés, plus d’infections sexuellement transmissibles et de plus de grossesses non planifiées chez les femmes atteintes de TDA/H. Bien que courantes, ces expériences sont des aspects du TDA/H qui leur font facilement se sentir honteuses.

TDA/H chez les femmes : les hypersensibilités

Les femmes atteintes de TDA/H ont tendance à éprouver plus d’hypersensibilités du système nerveux central que les hommes atteints de TDA/H. Elles rapportent plus souvent les éléments suivants :

  • sur la défensive lorsqu’il y a des contacts tactiles et une sursensibilité sensorielle (lorsqu’elle est touchée ou par rapport aux contact des vêtements, des étiquettes, la musique forte, la lumière, les odeurs, etc.)
  • plaintes somatiques, y compris maux de tête, migraines, maux d’estomac et nausées
  • troubles du sommeil

TDA/H chez les femmes : comorbidités

À l’âge adulte, la plupart des femmes atteintes de TDA/H ont au moins un trouble comorbide qui peut compliquer le tableau des symptômes du TDA/H, notamment :

  • anxiété (25 à 40 % des personnes atteintes de TDA/H ont un trouble anxieux)
  • troubles de l’humeur
  • alimentation dérégulée (la boulimie est la plus courante)
  • troubles d’extériorisation, comme le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) ou le trouble des conduites (survenus principalement chez les femmes atteintes de TDA/H de type impulsif)
  • troubles de la personnalité, comme le trouble de la personnalité limite (Borderline)

TDA/H chez les femmes : Impulsivité

Les symptômes d’impulsivité influencent davantage la façon dont le TDA/H se présente chez les femmes. L’impulsivité est associée à

  • les comportements atypiques de genre, y compris les comportements perçus comme contrôlants, exigeants, facilement irritables, etc.
  • comportements à haut risque, comme la vitesse et les sports extrêmes
  • comportements addictifs, y compris la consommation de substances et le jeu
  • une probabilité considérablement accrue d’agir sur des sentiments négatifs, y compris l’automutilation.

TDA/H chez les femmes : considérations diagnostiques et défis

Les cliniciens utilisent les directives du DSM-5 pour diagnostiquer le TDA/H, ainsi que des échelles d’évaluation, des entretiens et d’autres pratiques. La recherche indique que les filles et les femmes, comparativement aux garçons et aux hommes, sont systématiquement sous-identifiées et sous-diagnostiquées pour le TDA/H à l’aide de ces critères de diagnostic.

Les raisons de cette disparité sont les suivantes.

1. TDA/H chez les femmes : présentation des symptômes d’inattention

  • Une présentation subtile des symptômes avec une plus grande probabilité d’inattention marque l’expérience du TDA/H pour de nombreuses femmes et filles, qui ne sont pas extérieurement perturbatrices pour les autres. De nombreux cliniciens, cependant, connaissent mieux les présentations hyperactives et perturbatrices du TDA/H qui sont plus fréquentes chez les hommes et les garçons. Des études indiquent que l’hyperactivité et l’impulsivité, ainsi que d’autres symptômes extériorisés (comme les problèmes de conduite) sont de puissants prédicteurs de diagnostic par rapport à d’autres présentations du TDA/H.
  • Symptômes de camouflage : La recherche montre que les femmes sont très motivées pour cacher leurs symptômes de TDA/H et les compenser. Les symptômes observables sont souvent liés à l’anxiété ou à l’humeur, ce qui peut conduire à un diagnostic erroné.

2. TDA/H chez les femmes : préjugés sexistes

Les préjugés sexistes sont rarement intentionnels, mais ils sont insidieux et omniprésents. Cela influence la façon dont les cliniciens voient et étiquettent les femmes.

  • Orientations : les symptômes d’inattention et non perturbateurs suscitent rarement des inquiétudes, c’est pourquoi peu de filles et d’adolescentes présentant ces symptômes sont orientées vers un diagnostic ou une consultation.
  • Les échelles d’évaluation du TDA/H sont toujours biaisées en faveur des symptômes du comportement masculin. Les symptômes et les déficiences intériorisés ne sont souvent pas traités et de nombreux instruments ne sont pas normés pour les valeurs féminines.

3. TDA/H chez les femmes : impact hormonal

Les hormones ovariennes interagissent avec presque tous les systèmes du corps et sont des composants essentiels de la santé physique, sociale et émotionnelle de toutes les femmes. Le cerveau est un organe cible pour les œstrogènes, car ils protègent le cerveau en améliorant l’activité des neurotransmetteurs, ce qui a ensuite un impact sur le fonctionnement exécutif, l’attention, la motivation, la mémoire verbale, le sommeil et la concentration.

Les taux d’œstrogène, qui fluctuent tout au long du mois ainsi que tout au long de la vie, ont un impact sur l’expression des symptômes du TDA/H chez les femmes. Le TDA/H est largement considéré comme une condition avec des symptômes stables dans le temps, mais ce n’est pas le cas pour les femmes et leur corps. La fait est que:

  • Les symptômes du TDA/H varient selon les fluctuations hormonales. Les symptômes du TDA/H augmentent à mesure que les œstrogènes diminuent. L’œstrogène diminue après l’ovulation, au milieu du cycle, et encore plus près du début des menstruations. Cette combinaison d’œstrogène faible et de progestérone élevée exacerbe énormément les symptômes. Cela signifie également que les symptômes peuvent varier d’un jour à l’autre. Certaines femmes peuvent être encore plus sensibles à ces micro-fluctuations.
  • L’œstrogène entre en jeu pendant la puberté, à peu près au moment où les symptômes du TDA/H deviennent plus importants chez les filles. Ces changements hormonaux sont souvent exprimés sous forme d’anxiété et de volatilité émotionnelle, mais peuvent également être élevés pendant cette période, ce qui pourrait conduire à un diagnostic erroné d’anxiété ou à un trouble de l’humeur, et à un traitement inapproprié ou insuffisant.

TDA/H chez les femmes : considérations de traitement

Le TDA/H peut être traité avec une thérapie, des médicaments, des changements de mode de vie et des aménagements. Les femmes atteintes de TDA/H devraient envisager les options de traitement suivantes :

  • Un clinicien et/ou un thérapeute expérimenté avec le TDA/H chez les femmes et les filles. Trouver ce professionnel est peut-être le plus important et la chose la plus difficile à faire.
  • Psychoéducation familiale : Il est important que votre réseau de soutien comprenne également le TDA/H.
  • Recadrage : Les thérapeutes peuvent vous aider à valider votre expérience, à remettre en question l’impact des attentes de la société sur votre vision et à vous apprendre à pratiquer l’autonomie sociale.
  • Médicaments : Il est important de trouver un médecin qui comprend l’impact des hormones sur le TDA/H et l’interaction avec les médicaments. Les stimulants, par exemple, peuvent être moins efficaces dans la seconde moitié du cycle menstruel.
  • Restructuration de l’environnement : les thérapeutes et autres professionnels peuvent vous aider à apprendre à restructurer votre environnement pour mieux répondre à vos besoins et à vos pensées en fonction de votre vie. (Cyril Malka)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut