MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(09/07-2019) – D'après les chercheurs, le bien-être psychologique gagné après l'arrêt du tabac aurait un effet au moins d'importance égale, mais le plus souvent supérieur à l'effet obtenu par les traitements avec antidépresseurs.

Ce qui voudrait dire que si vous arrêtiez de fumer, vous pourriez vous passer d'antidépresseurs et en plus vous iriez mieux. Double gain!

Aujourd'hui, tout le monde sait que l'arrêt du tabac réduit grandement les risques de maladies mortelles comme le cancer, et les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Mais on n'avait pas jusqu'ici vraiment étudié l'effet de l'arrêt du tabac sur le bien-être psychologique.

Une partie des fumeurs aimerait arrêter, mais continue, car ils croient que le tabac leur apporte un bien-être psychologique. Certains professionnels hésitent à travailler l'arrêt du tabac avec certains patients qui ont des troubles psychologiques de peur de dégrader leur santé mentale.

Les chercheurs des universités britanniques de Birmingham, Oxford et de King's College ont étudié les changements dans la santé mentale après l'arrêt du tabac et les ont comparés à ceux des personnes qui ont continué à fumer.

Ils ont analysé les résultats de 26 études d'adultes qui ont entamé des thérapies avant d'arrêter de fumer et au moins six mois après l'arrêt du tabac dans la population générale et dans la population de différentes cliniques (qui comprenait des patients souffrants de conditions psychiatriques ou physiques chroniques).

En prenant en compte les différences dans les études, les mesures de santé mentale ont inclus : l'angoisse, la dépression, l'état d'esprit positif, la qualité de vie psychologique et le stress. Les participants avaient en moyenne 44 ans et fumaient, en moyenne également, environ 20 cigarettes par jour. Ils ont été suivis pendant une période de six mois.

Les chercheurs ont trouvé que le fait d'arrêter de fumer était associé à une amélioration des états dépressifs, de l'angoisse, du stress de la qualité de vie psychologique et de l'état d'esprit positif comparé à ceux qui continuaient à fumer.

Les différences étaient tout aussi évidentes chez la population générale que celle en cliniques, les patients souffrants de conditions physiques incluses.

Même si les données observées ne peuvent pas prouver la cause, on peut néanmoins assurer que le fait d'arrêter de fumer apporte un développement positif aussi pour la santé mentale.

Donc le fait de se sentir mal psychologiquement n'est pas une bonne excuse pour ne pas arrêter de fumer, bien au contraire. Vous pouvez trouver cette étude (en anglais) dans le BMJ-British Medical Journal, ici, pour être exact. (Cyril Malka).

© 2014 – 2019 – Malka – Article du 20/02-2014 remanié et mis à jour le 09/07-2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page