MALKA

Coaching - Psychologie - Développement Personnel

(28/05-2015) – Des fois, on n’est pas heureux dans une relation, mais on ne sait pas dans quelle direction aller. Rester ou partir ? Travailler sur la relation ou laisser tomber ? Si vous avez un peu l’impression de faire du sur-place, voici quelques questions que vous pouvez vous poser qui vous aideront à y voir plus clair. Ce sont les mêmes questions pour toute sorte de relation: romantique, famille, amis ou même un travail.

1) C’est l’autre ou c’est moi ?
Une question difficile à répondre, surtout que le plus souvent, il s’agit d’une dynamique qui comprend vous et l’autre. Si vous avez l’impression que c’est surtout vous, il va vous falloir voir comment bosser sur la relation. Dans ce cas, sautez à la question trois (oui, c’est un peu comme un jeu, c’est bien, ça vous occupera).

Si vous avez l’impression que l’autre a plus de 60 % de responsabilité dans les problèmes qui vous touchent, passez à la question deux.

2) Est-ce que l’autre est disposé à se remettre en question ?
Se remettre en question est le précurseur de tout changement. Si l’autre nie son rôle dans le problème, peut-être pouvez-vous le/la mener, gentiment à le confronter. Mais si vous pensez que l’autre n’est pas capable d’admettre ses erreurs, jamais. Que celles-ci font trop partie de sa personnalité et qu’il/elle ne veut pas s’en séparer… Vous avez votre réponse: la relation doit s’arrêter là.

3) Combien de travail faudra-t-il faire afin de transformer cette relation en la relation que je désire ?
Considérez honnêtement les différences entre vous et l’autre et le travail demandé afin de pouvoir faire un pont entre vous. Peut-être pouvez-vous y mettre beaucoup. Peut-être auriez-vous été disposé à y mettre ces efforts à un autre moment de votre vie, ou si vous aviez des enfants, ou si vous aviez plus besoin de ce travail. Mais si vous considérez votre emplacement dans votre vie en ce moment précis: êtes-vous prêt à faire ce qui doit être fait ?

Souvenez-vous qu’une relation ne s’améliore pas d’elle-même juste parce que vous avez pris la décision de l’améliorer. Il y a du travail à la clef. Ne vous faites pas d’illusions: améliorer une relation demande de l’engagement et du travail. Mieux vous vous y préparez, et moins vous risquez d’être découragé. Donc faites vraiment le point sur le travail à faire et en gros, est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

4) Est-ce que cette relation vous chagrine ? Est-ce qu’elle vous vole votre joie de vivre ? Votre énergie ? Votre confiance en vous ?
Posez-vous cette question en conjonction avec la question numéro trois. Est-ce que cette relation vous enlève plus qu’elle ne vous donne ? Si oui, vous avez votre réponse.

5) Qu’est-ce que cette relation vous apporte ?
Des fois, on tombe dans un piège: le piège de l’habitude. C’est tranquillisant, une habitude. Ou bien le piège de la peur: La peur de la confrontation, de l’inconnu, ou encore, le besoin de plaire à l’autre, ou aux autres.

Considérez vos valeurs. Ce qui est important pour vous et dans votre relation. Voyez comment cette relation s’emboîte dans ce système. Faites vraiment le point sur ce que cette relation vous apporte. Une relation va rarement bien lorsqu’elle est à sens unique.

Vous remarquerez que les thèmes de ces questions ont pour thème l’honnêteté brutale. Soyez honnête avec vous-même en faisant le point. Regardez la situation dans les yeux, franchement.

Si vous répondez honnêtement à ces questions, la réponse logique apparaîtra et renforcera, grâce à ses arguments le (pré)sentiment que vous aviez déjà, mais que vous n’osiez peut-être pas admettre. (Cyril Malka)

©  2015 – Malka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous ici pour recevoir la lettre d'information gratuite

N.B. Pas d'adresses e-mail en free.fr ou en bluewin.ch car ces FAI filtrent mes mails, vous ne les recevrez pas.

Retour haut de page