04/03/1998

La Watch Tower Inc. et Hitler en 1933

Lorsque le porte-parole divin devient l’avocat du diable.

Du prosionisme à l’antisémitisme

Charles Taze Russel

Depuis le temps d’après la deuxième guerre mondiale, la Watch Tower enseigne à ses membres, que tandis que l’église catholique et protestante donnait la main à Hitler et faisait le salut nazi, les Témoins de Jéhovah ne se sont pas pliés et tenaient ferme aux principes bibliques et moraux. Le prix fût que les Témoins de Jéhovah furent poursuivit et finirent en camps de concentration.

Comme si ça n’était pas suffisant, la Tour de Garde du premier octobre 1984, dans un article intitulé : impressionnés par l’intégrité des Témoins de Jéhovah (page 8) rapporte le travail de Christine E. King et de Michael Kater en exposant que le nombre de Témoins de Jéhovah emprisonnés dans les camps de concentration a été fortement sous-estimé.

Ces derniers temps, la Watch Tower a mené une campagne massive alléguant ce genre d’arguments, trop méconnus à leurs yeux.

Ce que beaucoup de Témoins de Jéhovah ont ignoré pendant beaucoup d’années, et que beaucoup refusent toujours de croire est que tandis que les membres Témoins de Jéhovah souffraient le martyre pour garder leur intégrité et vivre leur croyance ; le deuxième président de la Watch Tower, Joseph F. Rutherford (généralement appelé Juge Rutherford) et celui qui lui a succédé en 1942, Nathan H. Knorr appuyé par certains membres officiels de la Watch Tower ont agi dans le sens tout à fait opposé.

Rutherford et ses lieutenants ont essayé de sauver leur organisation en salissant les juifs et en attaquant la Grande Bretagne, les États-Unis et la Société des Nations.

Lire le reste

02/10/1997

Secte et acceptation de soi-même

secte

(10/02-1997) – Une secte a une vue bien spécifique sur le monde hors de la secte, et un langage spécial. On peut dire la même chose des groupes qui travaillent contre les sectes ; ils leur ressemblent de manière surprenante. La solution du problème est que l’individu doit apprendre à s’accepter comme il est.

Les nouveaux mouvements religieux et les victimes des sectes qui suivent dans leur sillage, sont maintenant monnaie courante.

Lorsque j’ai commencé dans la matière, en 1988, j’ai rencontré beaucoup de regards étonnés autour de moi. Qu’un religieux fanatique s’occupe des sectes, soit… Mais qu’est-ce que ça pouvait faire en relation avec la psychologie et la psychanalyse ?

Ça a donc étonné beaucoup de gens lorsque, après que j’ai eu fini mes études de psychanalyse, en plus de la psychanalyse et psychothérapie courante, je me suis jeté dans les mouvements religieux et sectaires.

Il y avait déjà des organisations qui s’occupaient de ça, mais la plupart étaient basées sur une base ecclésiastique, et le moins que l’on puisse dire était qu’il y avait une peur de prise de contact entre celles-ci et les psychologues et thérapeutes.

Aujourd’hui, plus ou moins dix ans après, il y a par exemple le forum théologie-psychologie à Århus est un signe de coopération, ou en tout cas un pas dans la bonne direction, dans une tentative de rapprocher les deux matières l’une de l’autre.

Petit à petit, j’ai étendu ma collaboration avec différentes organisations ici et à l’étranger et celles-ci peuvent être religieuses ou non. Et plus personne ne me regarde bizarrement… Le problème sectaire commence à être une évidence pour tout le monde.

Mais petit à petit, j’ai remarqué quelque chose de bizarre…

C’est comme si, de même manière que l’on peut voir un fil rouge au travers des sectes et de leurs victimes, de même manière on peut voir ce même fil rouge au travers de certaines des organisations qui s’occupent d’informer le public et d’aider les victimes des sectes.

Avant que je continue cet article, il nous faut regarder un peu sur les victimes des sectes avec les lunettes psychologiques…

Lire le reste

10/28/1996

Les comités de liaison hospitalier de la Watch Tower

Comment le sang peut sauver votre vie

Une femme de 24 ans est morte à l’hôpital le 15 août, car, étant Témoin de Jéhovah, elle a refusé de recevoir du sang.

(28/10-1996) – Dans ce qui s’est passé ici, il nous faut noter trois choses.

La première chose est qu’il n’est pas interdit aux Témoins de Jéhovah de recevoir du sang.

La deuxième est que le rôle des Comités de liaison hospitalier dans les hôpitaux et la pression sur le patient est beaucoup plus importante que Monsieur Jørgen Larsen, Coordinateur des Témoins de Jéhovah au Danemark, ne veuille le laisser paraître dans son article du 19 octobre dans Kristeligt Dagblad.

Enfin, j’aimerais insisiter sur l’expression utilisée par monsieur Jørgen Larsen dans son article. Il dit en parlant de l’exclusion que “c’est comme témoigner de la froideur à quelqu’un, comme un mauvais élève à l’école“. Je trouve cette analogie de très mauvais goût, surtout lorsqu’on connaît les retombées psychologiques de l’exclusion, qui peuvent aller jusqu’à pousser les anciens Témoins au suicide.

Prenons ces trois points l’un après l’autre : La raison la plus utilisée pour refuser la transfusion est basée d’une part de la Genèse 9:3-4, qui traite de l’interdiction de manger le sang (la loi casher.)

La même interdiction est répétée dans les Actes des Apôtres :

Ma décision est donc de ne pas inquiéter ceux des nations qui se tournent vers Dieu, mais de leur écrire de s’abstenir des choses qui ont été souillées par les idoles, et de la fornication, et de ce qui est étouffé, et du sang” (Ac 15,19- 20.)

D’après la Watch Tower, on dit que lorsqu’il est interdit de manger du sang, il ne peut logiquement pas être autorisé de se l’injecter dans les veines… Jusqu’ici, ça va… Je suis bien…

Mais tout d’un coup, on change le, si j’ose dire, fusil d’épaule…

Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il est écrit :

Lire le reste

10/08/1996

L’école et la maison… Le monde et Dieu

Quel monde heureux

(octobre 1996) – Les enfants des Témoins de Jéhovah ont beaucoup de problèmes d’apprentissage à l’école. À quoi sont-ils dû, et il y a-t-il quelque chose à y faire ?

Il y a trois facteurs à ça :

– Le modèle familial, la vue sur la famille, des Témoins de Jéhovah types
– Le rythme de vie des Témoins de Jéhovah types
– Les processus d’apprentissage des Témoins de Jéhovah types.

traeDéjà maintenant, le lecteur s’arrêtera à l’expression “Témoins de Jéhovah types”. Ces types, ils sont typiques jusqu’où ?

C’est si typique, que si on prend un Témoin de Jéhovah au Danemark, un Témoin de Jéhovah au Japon et un Témoin de Jéhovah en Argentine (et le 1 janvier 1995, il y avait 12.288.917 Témoins de Jéhovah au monde, il y a donc de quoi faire), et si on leur pose une question, elle sera répondue de la même manière.

Et lorsque je dis ‘même manière’, je veux dire ‘même manière’: les citations bibliques, le ton de la voix, le choix des mots seront les mêmes. De même, l’habillement, la manière de réagir, l’éducation, la manière d’élever les enfants, ce dont on parle lors des réunions, les livres que l’on étudie sont exactement les mêmes, bien entendu à part quelques (très peu) différences culturelles qui appartiennent à chaque pays.

Les Témoins de Jéhovah sont tout simplement une société dans la société. Un peuple à part. Un peuple avec ses propres normes, son propre style de vie…

Mais nous ne remarquons pas tout ça, car les témoins sont, dans leur vie de tous les jours, des gens calmes, silencieux et apparemment des citoyens modèles qui sont assez adaptés à notre société. Nous ne voyons le problème que lorsque quelque chose va mal (si un membre est exclu, par exemple.)

La famille de Témoins de Jéhovah typique est composée du père, de la mère et des enfants. Les mères célibataires sont prétendu être à niveau égal, mais ceci n’est pas correct. Les mères célibataires sont tolérées. Mon expérience en thérapie est que les mères célibataires se sont senties comme étant un fardeau pour la société. Les mères célibataires sont un problème à part qui sera peut-être traité dans un article ultérieur.

L’homme est le chef de la famille. Il est seulement surpassé de Jésus et de Dieu.

Dans une société de Témoins de Jéhovah, l’homme est également le seul à pouvoir faire ‘carrière’ à l’intérieur de la communauté : Membre, assistant ministériel, ancien, surveillant itinérant…

Lire le reste

09/26/1995

Erreur de jugement

Aaaaattends !

(26/09-1995) – Les Témoins de Jéhovah vont, d’ici les prochains mois (le premier novembre 1995) se trouver devant le plus gros changement de leur doctrine depuis les années trente.

Nous savons maintenant tous quelle est la punition des membres de l’organisation de la Watch Tower ayant des points de vues autres que ceux autorisés par l’organisation à été jusqu’ici : L’exclusion, avec perte de la famille et des relations sociales.

Beaucoup d’entre nous savent également que la Watch Tower (l’organisation centrale des Témoins de Jéhovah) a toujours prétendu que la génération ayant été témoins de l’année 1914, serait toujours en vie, lors que Harmaguédon (le jour du jugement dernier) arrivera et d’un coup, effacera de la surface de la planète tous ceux qui ne sont pas Témoins de Jéhovah.

C’est pour cette raison que le fascicule de l’organisation, Réveillez-vous ! a jusqu’ici annoncé dans son introduction :

Réveillez-vous! s’adresse à chaque membre de la famille. Il montre comment faire face aux problèmes de notre époque. Il informe, parle des usages propres à divers peuples et traite de sujets religieux et scientifiques. Mais il ne s’en tient pas là. Il va au fond des choses et dégage le sens réel des événements, tout en gardant sa neutralité politique et son impartialité raciale. Par-dessus tout, ce périodique donne de solides raisons de croire que le Créateur réalisera ses promesses en instaurant, avant la fin de la génération qui a vu les événements de 1914, un nouveau système de choses où régneront la paix et la sécurité véritable.(Souligné par moi.)

Il est évident que cette génération est petit à petit en voie de disparition. Harmaguédon est sur le pas de la porte, et c’est entre autres pour cette raison que les exclus sont traités très durement, car nous vivons aux derniers jours.

Lire le reste

02/08/1995

Enfants exclus

Silence

(Février 1995) – “- Imagine-toi un peu ! Je le dis à ma meilleure amie, que Kim (prénom changé) et moi sortons ensemble. Tu sais, il n’y a rien eu de sexuel entre nous ou rien d’autre (elle a seize ans et demi). Ben, imagine-toi qu’elle a été le dire à son père, qui est ancien. Il a été parler à mon père. Puis ils ont tous totalement flippé à la maison !

Ils ont dit que j’étais égoïste, que je gâchais tout pour mon père qui a travaillé dur pour devenir un ancien, et que ce que je ressentais ne valait rien. Maintenant, je n’ai même plus le droit d’utiliser le téléphone à la maison !”

Une petite pause.

“- Mais je m’en fous ! Je peux me débrouiller sans eux ! J’ai beaucoup d’amis ! Je sais où aller !”

Pour Brigitte (prénom changé), fille de Témoins de Jéhovah il n’y a pas loin de là où elle est jusqu’à l’exclusion. Surtout si nous prenons en considération que sa famille n’est pas très riche ou importante à l’intérieur de la Watch Tower (L’organe central des Témoins de Jéhovah; Big Brother).

Brigitte a de grandes chances pour se faire expulser, et ceci, pour plusieurs raisons. D’abord, comme je viens de le nommer, Brigitte n’est pas membre d’une famille ‘clan’ dans la secte. Ceci veut dire que cette famille peut être sacrifiée sans perte pour la secte. Mais si la famille sacrifie Brigitte, le reste de la famille pourra rester Témoin de Jéhovah et même peut-être gagner du respect par cette action.

La grande soeur de Brigitte est ‘pionnière’, et il est très important pour la famille de garder son statut à l’intérieur de la société des Témoins de Jéhovah. C’est pour cette raison qu’on va sacrifier Brigitte. Car si Brigitte n’est pas exclue, ceci voudra dire que son père, bien qu’étant ancien, ne contrôle pas sa famille, et donc il ne pourra pas rester ancien, ou sa soeur ne pourra pas garder le respect qu’elle a gagné à l’intérieur de la communauté en étant pionnière ayant une soeur qui est ‘tombé à côté’. Ça veut dire qu’il vaut mieux pour cette famille qu’ils ‘excluent Brigitte de leur centre’ avant que la Watch Tower ne le fasse pour eux.

Un pionnier, chez les Témoins de Jéhovah, c’est quelque chose de spécial.

ange2On s’attend à ce qu’un Témoin de Jéhovah proclame (fait du porte-à-porte). Il n’y a pas de nombre d’heures minimales à la proclamation… officiellement, mais si on proclame entre deux et trois heures par semaine, on est considéré comme étant dans la moyenne. Le mieux est entre cinq et dix heures par semaine.

Il vaut mieux être ‘aide-pionnier’; c’est à dire aider les pionniers dans leurs proclamations. Ceci se passe généralement au cours de campagnes pour aide-pionniers surtout au printemps et en automne, mais bien sûr aussi plus au moins au long de l’année.

Lire le reste

08/28/1993

Ceux du commun et ceux qui dictent

Réveillez-vous!

Il y a une grande différence entre les Témoins de Jéhovah “communs” et l’Organisation de la Watch Tower.

(28/08-1993) – “Les Témoins de Jéhovah tuent leurs membres”, “La croyance à coûté la vie à un garçon”; ces deux titres sont tirés de Jydske Vestkysten dans le débat sur les Témoins de Jéhovah, qui bat son plein dans les journaux de tout le pays.

Tout a bien démarré, mais ne sommes-nous pas en train de tourner en rond ? Ne sommes-nous pas en train de revenir sur le débat habituel, les arguments habituels? Nous oublions qu’il y a une grande différence entre les Témoins de Jéhovah, les membres “communs” si l’on peut dire, et l’organe gouvernant ou dictant : L’Organisation de la Watch Tower.

Si nous prenons comme point de départ par exemple, la lettre de la tribune libre du 16 août, nous pouvons voir très vite que nous sommes en train de jouer le jeu de l’Organisation de la Watch Tower. Nous avons déplacé notre attention du centre du débat… Encore une fois !

John Andersen (1) prend comme point de départ dans cette lettre nommée plus haut, une partie de la lettre de Åge Iversen du 26 juillet, que l’on peut discuter, c’est-à-dire qu’il y a une plus haute concentration de globules blancs dans le lait maternel, qu’il y en a dans le sang. La question posée là, est donc vis-à-vis de l’importance de cette information. Mais déjà là, nous sommes entrés sur une voie de garage.

Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il y a écrit clairement page 27: “Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il est écrit:

“Bien que ces versets ne soient pas formulés dans un langage médical, les Témoins considèrent qu’ils condamnent les transfusions de sang total, de concentrés érythrocytaires et de plasma, ainsi que l’administration de globules blancs et de plaquettes. Toutefois, la compréhension qu’ont les Témoins de ces versets n’interdit pas absolument l’emploi de composants tels que l’albumine, les immunoglobulines et les préparations destinées aux hémophiles : il appartient à chaque Témoin de décider s’il peut les accepter “(2) (puis un renvoi à la “Tour de Garde” 1978, 15. Sept., pages 22 à 24).

Ceci est confirmé par Gerhard Nielsen dans sa réponse le 31 juillet 1993 dans le Berlingske Tidende (après mon article du 26 juillet 1993) où il écrit :

Lire le reste

08/12/1993

Le non au sang des Témoins de Jéhovah

Pas de sang? Même pas une petite goutte?

À propos d’une multinationale qui utilise la religion comme prétexte…

(12/08-1993) – Les Témoins de Jéhovah sont encore une fois, au centre des débats des médias. Un enfant de quinze ans est mort récemment dû au fait qu’il n’a pas reçu de transfusion sanguine en relation avec un traitement de chimiothérapie contre la leucémie (le cancer du sang.)

Le débat qui, encore une fois se dresse est: “Est-ce que les Témoins de Jéhovah ont le droit de dire non au sang ?”. Mais cette fois, le débat est modéré, pour la bonne raison que quelqu’un demande de l’action ! Nous ressentons que ce débat doit être rejeté, dû au fait qu’il s’agit d’une guerre de religion. C’est le genre de chose que nous ne pratiquons pas, ici ; nous sommes si tolérants ! Mais il n’est maintenant plus question de religion ! Cette fois, il s’agit de législation et de morale.

Lorsque l’on demande à un Témoin de Jéhovah, pourquoi il ne reçoit pas de sang, il répond quelque chose de ce genre : “il est écrit, dans la Genèse, 9:3,4 que tout ce qui rampe et qui vit vous servira de nourriture : je vous le donne comme je l’ai fait des végétaux. Pourtant, vous ne mangerez pas de chair avec sa vie, (c’est-à-dire) avec son sang” (1.) Après ça, il renvoie généralement à “Actes” 15:19,20. (2)

Lire le reste

06/08/1993

Lorsque l’angoisse devient un symbole

Anxiété

La psychologie est une chose, et la psychanalyse est une tout autre chose ! Quelle est la différence ? Un psychologue s’occupe, entre autres, de gens qui sont en crise. Il est question d’une situation d’urgence où on creuse un peu, mais, en fin de compte, pas spécialement beaucoup. La psychanalyse, par contre, est presque de la spéléologie ! On creuse jusqu’aux premiers souvenirs (très souvent jusqu’à l’âge d’un an et demi, deux ans) sans autres méthodes que la parole. Je dois avouer que personnellement, et jusqu’ici, je n’ai jamais pu creuser plus loin que jusqu’à l’âge de deux ans, deux ans et demi, mais ça peut être amplement suffisant !

Du fait où je m’occupe de gens ayant des problèmes dus à des mouvements religieux, et qui sont dans un genre de crise assez spéciale (il n’est pas là question de crise “psychique”, mais de crise “existentielle”), je suis obligé de jouer d’abord le rôle de psychologue pour, petit à petit, me soustraire au rôle de psychologue et entrer dans le rôle d’analyste.

La “Psychologie des profondeurs” de Jes Bertelsen

En danois, on appelle également la psychanalyse: “psychologie des profondeurs”, car on utilise les mêmes méthodes que la psychologie, c’est à dire, des conversations. Mais en psychanalyse on remonte plus en arrière dans la mémoire et on trouve et travaille la source de différentes névroses.

Après avoir appris le danois, j’ai examiné ce que le Danemark avait de littérature sur la psychologie. J’ai trouvé un livre intitulé : “Psychologie des profondeurs”, de Jes Bertelsen . Je l’achetai donc et commençai à le lire. Je dois admettre que je ne trouvais pas que ce que je lisais était en relation avec la psychanalyse. En réalité, on pourrait tout à fait, d’après moi, faire abstraction de Jes Bertelsen pour ce qui est de la psychologie ou de la psychanalyse. Les idées de Jes Bertelsen n’ont, toujours d’après moi, absolument rien à voir avec cette matière. Le problème est seulement que je suis tombé sur lui (ou sa doctrine) plus de fois que je n’aie apprécié. Malheureusement, souvent en relation avec des personnes qui étaient grièvement endommagées psychiquement.

J’aimerais ici me dépêcher d’ajouter que je n’ai encore jamais pris de patients “en charge” directement après Jes Bertelsen , seulement après d’autres “thérapeutes” qui ont été influencés ou se disent être inspirés de lui. Sur cette base, Jes Bertelsen peut toujours dire: “- Ah oui, mais j’ai été mal compris. Ça n’était pas ce que j’avais dit.”

Mais, vu sous un autre angle, on pourrait être sujet à penser qu’une technique, une méthode, qui peut exclusivement être utilisée par “l’inventeur” ne peut pas être utile pour beaucoup de gens, n’est-ce pas ?

Lire le reste

12/03/1992

Ils attendent dans un enfer le paradis promis

Cyril Malka - 1992

(03/12-1992) – Les Témoins de Jéhovah imprègnent presque tout le monde avec le même modèle psychologique qui peut pousser les anciens Témoins au suicide, écrit un psychanalyste.

L’homme assis devant moi, baisse les yeux.

“- Bon, dis-je, que ressens-tu par rapport à ça ?”
“- Ben… d’un côté, on dit que ça ne peut pas être vrai, et d’un autre côté, ma raison me dit que…” 
“- Je ne t’ai pas demandé ce que ta raison te dit, ni ce qu’”on” dit. Je t’ai juste demandé à toi ce que tu ressens personnellement. Donc, je répète : que ressens-tu par rapport à ça ?” 
” -Pardon… Tu disais ?”

Ce genre de dialogue avec des anciens Témoins de Jéhovah (appelé “la Vérité “) se passe tous les jours dans ma consultation, malheureusement. Pour ceux qui sont partis d’eux-mêmes (appelé “renégats”) ou se sont faits rejeter (appelé “exclus “) leur vie sentimentale n’est rien d’autre qu’un énorme pêle-mêle.

Ceci ne veut pas dire que les Témoins de Jéhovah sont incapables d’avoir des sentiments, bien au contraire ! Mais ils n’ont pas l’habitude de leur donner un nom. À vrai dire, ils n’osent pas. Ils essayent de se fuir. Mais personne ne peut faire ça. Leur dernière défense est donc de ne pas comprendre ce que je dis. Ou ne pas entendre ce que je dis.

C’est le dernier bastion qui défend chaque sentiment, n’importe quelle opinion personnelle, n’importe quelle partie de la personnalité telle qu’elle était avant la rencontre avec les Témoins de Jéhovah.

Ce bastion est construit d’angoisse, de perception déformée de la réalité, de culpabilité et de surveillance. Il est construit par la société de la Watch Tower: L’organe central des Témoins de Jéhovah qui, dans le monde entier comprend à peu près 9 millions de personnes (y compris ceux qui sont seulement “intéressés”.)

Lire le reste

1 22 23 24
>