02/08/1995

Enfants exclus

Silence

(Février 1995) – “- Imagine-toi un peu ! Je le dis à ma meilleure amie, que Kim (prénom changé) et moi sortons ensemble. Tu sais, il n’y a rien eu de sexuel entre nous ou rien d’autre (elle a seize ans et demi). Ben, imagine-toi qu’elle a été le dire à son père, qui est ancien. Il a été parler à mon père. Puis ils ont tous totalement flippé à la maison !

Ils ont dit que j’étais égoïste, que je gâchais tout pour mon père qui a travaillé dur pour devenir un ancien, et que ce que je ressentais ne valait rien. Maintenant, je n’ai même plus le droit d’utiliser le téléphone à la maison !”

Une petite pause.

“- Mais je m’en fous ! Je peux me débrouiller sans eux ! J’ai beaucoup d’amis ! Je sais où aller !”

Pour Brigitte (prénom changé), fille de Témoins de Jéhovah il n’y a pas loin de là où elle est jusqu’à l’exclusion. Surtout si nous prenons en considération que sa famille n’est pas très riche ou importante à l’intérieur de la Watch Tower (L’organe central des Témoins de Jéhovah; Big Brother).

Brigitte a de grandes chances pour se faire expulser, et ceci, pour plusieurs raisons. D’abord, comme je viens de le nommer, Brigitte n’est pas membre d’une famille ‘clan’ dans la secte. Ceci veut dire que cette famille peut être sacrifiée sans perte pour la secte. Mais si la famille sacrifie Brigitte, le reste de la famille pourra rester Témoin de Jéhovah et même peut-être gagner du respect par cette action.

La grande soeur de Brigitte est ‘pionnière’, et il est très important pour la famille de garder son statut à l’intérieur de la société des Témoins de Jéhovah. C’est pour cette raison qu’on va sacrifier Brigitte. Car si Brigitte n’est pas exclue, ceci voudra dire que son père, bien qu’étant ancien, ne contrôle pas sa famille, et donc il ne pourra pas rester ancien, ou sa soeur ne pourra pas garder le respect qu’elle a gagné à l’intérieur de la communauté en étant pionnière ayant une soeur qui est ‘tombé à côté’. Ça veut dire qu’il vaut mieux pour cette famille qu’ils ‘excluent Brigitte de leur centre’ avant que la Watch Tower ne le fasse pour eux.

Un pionnier, chez les Témoins de Jéhovah, c’est quelque chose de spécial.

ange2On s’attend à ce qu’un Témoin de Jéhovah proclame (fait du porte-à-porte). Il n’y a pas de nombre d’heures minimales à la proclamation… officiellement, mais si on proclame entre deux et trois heures par semaine, on est considéré comme étant dans la moyenne. Le mieux est entre cinq et dix heures par semaine.

Il vaut mieux être ‘aide-pionnier’; c’est à dire aider les pionniers dans leurs proclamations. Ceci se passe généralement au cours de campagnes pour aide-pionniers surtout au printemps et en automne, mais bien sûr aussi plus au moins au long de l’année.

Lire le reste

08/28/1993

Ceux du commun et ceux qui dictent

Réveillez-vous!

Il y a une grande différence entre les Témoins de Jéhovah “communs” et l’Organisation de la Watch Tower.

(28/08-1993) – “Les Témoins de Jéhovah tuent leurs membres”, “La croyance à coûté la vie à un garçon”; ces deux titres sont tirés de Jydske Vestkysten dans le débat sur les Témoins de Jéhovah, qui bat son plein dans les journaux de tout le pays.

Tout a bien démarré, mais ne sommes-nous pas en train de tourner en rond ? Ne sommes-nous pas en train de revenir sur le débat habituel, les arguments habituels? Nous oublions qu’il y a une grande différence entre les Témoins de Jéhovah, les membres “communs” si l’on peut dire, et l’organe gouvernant ou dictant : L’Organisation de la Watch Tower.

Si nous prenons comme point de départ par exemple, la lettre de la tribune libre du 16 août, nous pouvons voir très vite que nous sommes en train de jouer le jeu de l’Organisation de la Watch Tower. Nous avons déplacé notre attention du centre du débat… Encore une fois !

John Andersen (1) prend comme point de départ dans cette lettre nommée plus haut, une partie de la lettre de Åge Iversen du 26 juillet, que l’on peut discuter, c’est-à-dire qu’il y a une plus haute concentration de globules blancs dans le lait maternel, qu’il y en a dans le sang. La question posée là, est donc vis-à-vis de l’importance de cette information. Mais déjà là, nous sommes entrés sur une voie de garage.

Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il y a écrit clairement page 27: “Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il est écrit:

“Bien que ces versets ne soient pas formulés dans un langage médical, les Témoins considèrent qu’ils condamnent les transfusions de sang total, de concentrés érythrocytaires et de plasma, ainsi que l’administration de globules blancs et de plaquettes. Toutefois, la compréhension qu’ont les Témoins de ces versets n’interdit pas absolument l’emploi de composants tels que l’albumine, les immunoglobulines et les préparations destinées aux hémophiles : il appartient à chaque Témoin de décider s’il peut les accepter “(2) (puis un renvoi à la “Tour de Garde” 1978, 15. Sept., pages 22 à 24).

Ceci est confirmé par Gerhard Nielsen dans sa réponse le 31 juillet 1993 dans le Berlingske Tidende (après mon article du 26 juillet 1993) où il écrit :

Lire le reste

08/12/1993

Le non au sang des Témoins de Jéhovah

Pas de sang? Même pas une petite goutte?

À propos d’une multinationale qui utilise la religion comme prétexte…

(12/08-1993) – Les Témoins de Jéhovah sont encore une fois, au centre des débats des médias. Un enfant de quinze ans est mort récemment dû au fait qu’il n’a pas reçu de transfusion sanguine en relation avec un traitement de chimiothérapie contre la leucémie (le cancer du sang.)

Le débat qui, encore une fois se dresse est: “Est-ce que les Témoins de Jéhovah ont le droit de dire non au sang ?”. Mais cette fois, le débat est modéré, pour la bonne raison que quelqu’un demande de l’action ! Nous ressentons que ce débat doit être rejeté, dû au fait qu’il s’agit d’une guerre de religion. C’est le genre de chose que nous ne pratiquons pas, ici ; nous sommes si tolérants ! Mais il n’est maintenant plus question de religion ! Cette fois, il s’agit de législation et de morale.

Lorsque l’on demande à un Témoin de Jéhovah, pourquoi il ne reçoit pas de sang, il répond quelque chose de ce genre : “il est écrit, dans la Genèse, 9:3,4 que tout ce qui rampe et qui vit vous servira de nourriture : je vous le donne comme je l’ai fait des végétaux. Pourtant, vous ne mangerez pas de chair avec sa vie, (c’est-à-dire) avec son sang” (1.) Après ça, il renvoie généralement à “Actes” 15:19,20. (2)

Lire le reste

06/08/1993

Lorsque l’angoisse devient un symbole

Anxiété

La psychologie est une chose, et la psychanalyse est une tout autre chose ! Quelle est la différence ? Un psychologue s’occupe, entre autres, de gens qui sont en crise. Il est question d’une situation d’urgence où on creuse un peu, mais, en fin de compte, pas spécialement beaucoup. La psychanalyse, par contre, est presque de la spéléologie ! On creuse jusqu’aux premiers souvenirs (très souvent jusqu’à l’âge d’un an et demi, deux ans) sans autres méthodes que la parole. Je dois avouer que personnellement, et jusqu’ici, je n’ai jamais pu creuser plus loin que jusqu’à l’âge de deux ans, deux ans et demi, mais ça peut être amplement suffisant !

Du fait où je m’occupe de gens ayant des problèmes dus à des mouvements religieux, et qui sont dans un genre de crise assez spéciale (il n’est pas là question de crise “psychique”, mais de crise “existentielle”), je suis obligé de jouer d’abord le rôle de psychologue pour, petit à petit, me soustraire au rôle de psychologue et entrer dans le rôle d’analyste.

La “Psychologie des profondeurs” de Jes Bertelsen

En danois, on appelle également la psychanalyse: “psychologie des profondeurs”, car on utilise les mêmes méthodes que la psychologie, c’est à dire, des conversations. Mais en psychanalyse on remonte plus en arrière dans la mémoire et on trouve et travaille la source de différentes névroses.

Après avoir appris le danois, j’ai examiné ce que le Danemark avait de littérature sur la psychologie. J’ai trouvé un livre intitulé : “Psychologie des profondeurs”, de Jes Bertelsen . Je l’achetai donc et commençai à le lire. Je dois admettre que je ne trouvais pas que ce que je lisais était en relation avec la psychanalyse. En réalité, on pourrait tout à fait, d’après moi, faire abstraction de Jes Bertelsen pour ce qui est de la psychologie ou de la psychanalyse. Les idées de Jes Bertelsen n’ont, toujours d’après moi, absolument rien à voir avec cette matière. Le problème est seulement que je suis tombé sur lui (ou sa doctrine) plus de fois que je n’aie apprécié. Malheureusement, souvent en relation avec des personnes qui étaient grièvement endommagées psychiquement.

J’aimerais ici me dépêcher d’ajouter que je n’ai encore jamais pris de patients “en charge” directement après Jes Bertelsen , seulement après d’autres “thérapeutes” qui ont été influencés ou se disent être inspirés de lui. Sur cette base, Jes Bertelsen peut toujours dire: “- Ah oui, mais j’ai été mal compris. Ça n’était pas ce que j’avais dit.”

Mais, vu sous un autre angle, on pourrait être sujet à penser qu’une technique, une méthode, qui peut exclusivement être utilisée par “l’inventeur” ne peut pas être utile pour beaucoup de gens, n’est-ce pas ?

Lire le reste

12/03/1992

Ils attendent dans un enfer le paradis promis

Cyril Malka - 1992

(03/12-1992) – Les Témoins de Jéhovah imprègnent presque tout le monde avec le même modèle psychologique qui peut pousser les anciens Témoins au suicide, écrit un psychanalyste.

L’homme assis devant moi, baisse les yeux.

“- Bon, dis-je, que ressens-tu par rapport à ça ?”
“- Ben… d’un côté, on dit que ça ne peut pas être vrai, et d’un autre côté, ma raison me dit que…” 
“- Je ne t’ai pas demandé ce que ta raison te dit, ni ce qu’”on” dit. Je t’ai juste demandé à toi ce que tu ressens personnellement. Donc, je répète : que ressens-tu par rapport à ça ?” 
” -Pardon… Tu disais ?”

Ce genre de dialogue avec des anciens Témoins de Jéhovah (appelé “la Vérité “) se passe tous les jours dans ma consultation, malheureusement. Pour ceux qui sont partis d’eux-mêmes (appelé “renégats”) ou se sont faits rejeter (appelé “exclus “) leur vie sentimentale n’est rien d’autre qu’un énorme pêle-mêle.

Ceci ne veut pas dire que les Témoins de Jéhovah sont incapables d’avoir des sentiments, bien au contraire ! Mais ils n’ont pas l’habitude de leur donner un nom. À vrai dire, ils n’osent pas. Ils essayent de se fuir. Mais personne ne peut faire ça. Leur dernière défense est donc de ne pas comprendre ce que je dis. Ou ne pas entendre ce que je dis.

C’est le dernier bastion qui défend chaque sentiment, n’importe quelle opinion personnelle, n’importe quelle partie de la personnalité telle qu’elle était avant la rencontre avec les Témoins de Jéhovah.

Ce bastion est construit d’angoisse, de perception déformée de la réalité, de culpabilité et de surveillance. Il est construit par la société de la Watch Tower: L’organe central des Témoins de Jéhovah qui, dans le monde entier comprend à peu près 9 millions de personnes (y compris ceux qui sont seulement “intéressés”.)

Lire le reste

1 22 23 24