01/05/2003

Un transfugé mort de faim

Cyril1998

(05/01-2003) – Un ancien membre de la Scientologie a cessé de manger après avoir essayé pendant des années de se libérer de la secte. Des chercheurs qualifient le système de formation de la secte de lavage de cerveau.

Dans la ville française de Doulaincourt vit une mère malheureuse. Il y a 11 ans, son fils est parti pour le Danemark pour commencer l’école d’élite de la Scientologie. Elle ne l’a jamais revu.

” Je ne sais pas ce que ces personnes lui ont fait”, dit Mme F.. Son fils Eric Rubio est mort à 35 ans en janvier 2002, dans la ville de Rödby, en Lolland. Il pesait 45 kg et à la fin de sa vie ne se nourrissait que de citron et d’ail. Eric Rubio n’était pas à la hauteur des exigences de la Scientologie.

Il a passé par le système punitif de la secte, ce qui a dégradé son état. Après quelques années seulement au Danemark, il souhaitait déjà rentrer chez lui. 8 ans plus tard, il n’était toujours pas parti. “E. Rubio était une personne psychologiquement faible déjà avant qu’il se fasse convaincre par les prosélytes de Scientologie dans les rues de Paris. On l’est par définition quand on cherche à faire partie d’une secte”, dit Cyril Malka, psychanalyste franco-danois et auteur de plusieurs rapports sur la psychologie des sectes.

Il indique qu’une personne [entrant dans une secte] est par définition une personne qui n’est pas forte psychologiquement, et que c’est justement ce genre de personne que les sectes recherchent. E.Rubio a quitté la Scientologie en 1997, mais il n’a jamais pu se défaire des liens psychologiques ainsi tissés.

A sa mort, il payait chaque mois 1.000 Dkk (couronnes danoises = 1 DKK vaut à peu près 0,13 euros, ndt) de son aide sociale à la Scientologie, en rétorsion pour avoir quitté la secte intempestivement 4 ans plus tôt.

La porte-parole de la Scientologie pour l’Europe, la Finlandaise Tarja Vulto, nie que la Scientologie ait quelque chose à voir avec la mort du français.”

E. Rubio ne voulait pas recevoir les services que nous avons en Scientologie. On aurait pu faire beaucoup plus lui”, dit-elle.

Cyril Malka lui donne raison “On ne peut accuser la Scientologie de la mort d’Eric Rubio. Il était psychologiquement malade et il se disait qu’il ne devait pas manger. Mais il n’aurait jamais dû avoir de contact avec la secte”.”

Les sectes contrôlent leurs membres grâce à un mélange de travail physique extrêmement dur et de lavage de cerveau. On fait comprendre aux membres qu’il y a quelque chose qui ne va pas s’ils n’arrivent pas à la hauteur des exigences. Eric Rubio ne s’est jamais ressaisi mentalement après sa rencontre avec la Scientologie”.

Lire le reste

En thérapie avec Dieu

Cyril Malka (2006)

(26/07-1999) – En tant que thérapeute, il faut être très prudent lorsqu’on touche la croyance et l’image divine du patient. Il faut reconnaître le besoin religieux et l’impliquer dans le traitement

Il y a quelques jours, Kristeligt Dagblad a publié deux articles sur la psychothérapie et la croyance (le 26 et le 30 juin) et sur le traitement des victimes des sectes.

Et ces articles, bien que donnant des réponses à certaines questions, en soulèvent d’autres. Par exemple, en tant que thérapeute, comment peut-on ne pas toucher à la croyance des gens ? Est-ce possible ?

D’abord, il nous faut ouvrir une petite parenthèse sur l’utilisation du vocabulaire.

Je suis analyste. La psychanalyse a été inventée par Freud et comprend trois parties: des théories, une forme de thérapie et une méthode de recherche.

C’est à dire qu’un analyste ou un thérapeute peut utiliser la psychanalyse comme un outil, pour aider le patient.

Nous pouvons comparer ceci à un docteur qui utilise la chirurgie pour curer un patient ayant un grain de beauté qui a dégénéré. Ceci ne transforme pas le généraliste en chirurgien.

De même manière, les professionnels, habitués aux victimes des sectes, savent quand et à qui ils doivent envoyer les gens lorsqu’ils ont fait leur travail.

Du fait où il n’y a pas beaucoup d’analystes au Danemark, je ne peux pas m’autoriser à limiter mon article à cette branche. C’est pour cette raison, que je vais centrer cet article sur des considérations générales par rapport à la psychothérapie, que l’on propose aux victimes des sectes à pas mal d’endroits.

Ceci peut être des psychologues, des organisations de volontaires, des psychiatres qui utilisent la psychothérapie ou tout simplement des psychothérapeutes ou juste des gens qui donnent un coup de main aux autres qui se sont perdus dans une secte et en sont ressortis avec des cicatrices à l’âme et qui doivent maintenant être ‘raccommodé’.

Lire le reste

06/26/1999

Prisonnière d’un labyrinthe religieux

Le traitement fait mal et Prisonnière d’un labyrinthe religieux

Voici une série de deux articles. Deux interviews. L’une avec moi, l’autre avec une de mes patientes.

La première interview s’appelle : Le traitement fait mal (le 26. Juin 1999).
La deuxième interview est : Prisonnière d’un labyrinthe religieux (le 30. Juin 1999).

Le traitement fait mal

Sekter

L’analyste, Cyril Malka a écrit un livre sur ses expériences obtenues à aider des gens hors des sectes.

De Morten Bonde Pedersen

L’analyste Cyril Malka a eu plus d’une centaine de personnes ayant été membres d’une secte en thérapie.

Depuis, l’analyste a décrit ses expériences dans le livre “Les sectes – pourquoi ?, comment ?, Et après ?”. Le livre n’est pas encore sorti.

Mais Kristeligt Dagblad a lu le manuscrit qui est fini et a été envoyé à la maison d’édition Lindhart & Ringhoff.

Le manuscrit est inspiré de sept ans de travail professionnel avec les sectes et les nouveaux mouvements religieux. Un travail qui, en plus de thérapie, comprend de nombreux articles dans les journaux et les revues spécialisées

Dans son manuscrit, Cyril Malka a résumé son savoir dans une courte description du terme “secte”. Il rend compte des méthodes de travail des sectes et des souffrances que les gens risquent lorsqu’ils se laissent séduire par les promesses des gourous d’une nouvelle vie et d’un monde meilleur.

Enfin il donne une série de conseils aux parents et relations sur la manière dont ils peuvent aider les victimes des sectes à reprendre racine dans le monde extérieur lorsqu’ils se décident à quitter la communauté isolée et séparée du monde.

Cyril Malka attire dans son livre l’attention du lecteur qu’il sera souvent nécessaire de trouver de l’aide chez un psychologue, un analyste ou un docteur.

– Ça fait mal de sortir d’une secte, dit-il.

Lire le reste

06/11/1999

Lorsqu’on n’a pas le droit de voter

Il y a des convictions religieuses, où on n’a pas le droit de voter, car on a choisi sa religion une fois pour toute, mais devons-nous accepter ça ? Demande le chroniqueur du jour.

Prison

(11/06-1999) – Le dix de ce mois, nous avons voté. Cette fois, à propos des élections européennes. Et nous pourrons constater une participation moindre que lors de nos élections communales ou parlementaires, comme d’habitude. Les Danois ont toujours eu davantage de problèmes à se comporter par rapport à l’Europe, que par rapport au Parlement. C’est comme si c’était un peu loin de nous.

À moins que nous parlions de voter oui ou non, ce n’est pas le principal intérêt. Et les votes oui-non, ils ne nous le demandent plus, alors ça n’est plus amusant.

Mais certains disparaissent de la statistique. Ceux qui n’ont jamais voté. Les Témoins de Jéhovah ont l’interdiction de voter.

D’après eux, ils ont “voté une fois”, pour Jéhovah, et ce vote est en vigueur une fois pour toutes. Voter est la même chose que de faire confiance aux solutions faites par les hommes.

La Watch Tower a sa logique propre. Satan est l’ennemi de Dieu, Satan a offert à Jésus (dans le désert) toutes les richesses du monde, et il n’aurait pas pu faire ça à moins que “toutes les richesses du monde ne lui appartiennent”. Le monde est donc une partie de Satan, et toutes les solutions non autorisées par la Watch Tower (de par leurs revues) sont donc des solutions sataniques.

L’idée que nous pouvons nous gouverner nous-mêmes ou régner sur la terre de manière sensée n’est qu’un jeu, joué par le malin pour nous pousser à nous éloigner de la vraie croyance : la Watch Tower ! Et nous, pauvres de nous, nous tombons dans le panneau.

Lire le reste

07/03/1998

Une firme comme d’autres

Argent

Ce commentaire a paru dans Kristeligt Dagblad le 31 juillet 1998. Kristeligt Dagblad a élagué le texte. Les passages élagués sont rendus en italiques.

Le gouvernement et le fisc danois devraient peut-être mettre la Watch Tower sous loupe, comme on l’a fait en France.

(31/07-1998) – Birthe Pedersen a un article dans Kristeligt Dagblad sur les Témoins de Jéhovah le 23 juillet. D’après elle, l’existence même des Témoins de Jéhovah en France est menacée. Mon impression est que cet article s’emboîte parfaitement dans la nouvelle ligne de Kristeligt Dagblad. Une nouvelle ligne d’après laquelle on ne lit que quelques voix critiques vis-à-vis des sectes. Par contre, la propagande de ces mêmes sectes est propagée au travers ce journal sans problèmes. Plusieurs fois, on peut même y lire beaucoup d’inexactitudes. J’espère que cet article passera au travers du chas.

Je suis en contact et en dialogue avec des opposants des sectes en France (F.E.C.R.I.S., U.N.A.D.F.I…) ainsi que je suis en dialogue avec plusieurs membres de la secte nommée et je suis au travers de dialogues, l’évolution des ces problèmes en France. Ça ne me fait pas spécialiste, mais assez au courant du sujet quand même.

Pour comprendre la vue du gouvernement français sur les Témoins de Jéhovah, il faut commencer par comprendre la vue générale des Français sur la religion.

Et en France, la religion est, comme autant d’autres choses, une affaire privée. C’est à dire que l’on n’a pas de religion d’État comme au Danemark (1). Ça veut dire qu’il n’est pas suffisant de se marier ou de baptiser ses enfants à l’église.

Si on veut se marier, ceci doit se passer à la mairie. Le mariage n’est officiel que devant le maire.

Qu’après on veuille se marier à l’église (catholique ou protestante), à la Synagogue, la Mosquée ou autre, c’est le problème de chacun. Le gouvernement français ne reconnaît pas tout ça comme suffisant. Seulement les papiers signés sous une autorité française, sur papier officiel sont valables

Lire le reste

06/17/1998

Les limites de la liberté de religion

Pub pour la Scientologie

Est-ce raisonnable qu’un employé dans une boutique ou d’une entreprise ne sache pas qu’en fin de compte, il gagne de l’argent pour la Scientologie sous pretexte de la liberté de religion ?

(17/06-1998) – Les Danois sont très tolérants. De tempes en temps, même si tolérants que ça frise l’indifférence. Nous avons la mémoire très courte et nous aimons les sensations. Nous parlons d’un sujet d’une manière intense pendant une période puis c’est oublié. Lorsque nous avons fini nos débats, nous oublions tout jusqu’au jour où quelqu’un ou quelque chose nous le rappelle.

Nous avons si peur d’être appelé intolérant que nous en arrivons à un point ou les minorités ont presque toujours raison. Si on critique une minorité, on persécute. Si on poursuit la majorité, ce n’est plus un problème si grave.

Et lorsque l’on a compris ces principes de base de la société danoise, on peut faire plus ou moins ce qu’on veut.

Regardez, par exemple : La Watch Tower interdit à ses membres de voter – très bien, c’est une religion. Mais si j’empêche ma femme de voter, ce sont de tout autres mécanismes qui entrent en cause.

Nous avons pitié des minorités persécutées. La Watch Tower et la Scientologie aiment beaucoup se comparer aux victimes des nazis. La Scientologie essaye de comparer la persécution des juifs sous l’Allemagne nazie avec certaines restrictions du gouvernement allemand vis-à-vis de certaines méthodes et de certains points de vue propagés par la Scientologie. La Watch Tower met le point sur le fait que les Témoins de Jéhovah ont été persécutés sous le régime nazi tout en oubliant de mentionner que tout ceci est arrivé après que la Watch Tower ait essayé de collaborer avec Hitler en 1933 en faisant une déclaration antijuive.

La journaliste danoise Karin Høgh a eu des articles intéressants dans le journal du syndicat féminin, “Kvindernes Fagblad” et dans le journal “Aktuelt” ainsi qu’une série de programmes sur la situation du marché du travail sur la station de radio nationale P1.

Lire le reste

04/03/1998

L’attaque est la meilleure défense

Le maquillage et non la Bible semble être la spécialité de la Watch Tower inc.

Jørgen Larsen

Le gros problème de la Watch Tower était maintenant que beaucoup de Témoins de Jéhovah se souvenaient de cette convention. De plus, n’oublions pas que cette déclaration avait été copiée en plusieurs millions d’exemplaires et que la lettre à Hitler était également en bon état.

Ceci veut donc dire, que la Watch Tower avait maintenant un problème grave à résoudre. Ou bien on admettait que ça n’était pas seulement l’église catholique et protestante qui avait « forniqué avec la prostituée de Babylone », mais la Watch Tower elle-même.

Ou alors, on essayait d’expliquer ça d’une autre manière.

On décida de trouver un bouc émissaire, et dans ce cas, ce fut donc le coordinateur de la Watch Tower de cette époque : Paul Balzereit.

Vous pouvez trouver la version officielle de la Watch Tower (en anglais) comme décrite dans leur livre annuel de 1974 ici. Mais en gros, ce que la Watch Tower explique est que Paul Balzereit a eu peur des éventuelles retombées.

La déclaration avait été écrite en anglais par le juge et donc traduite en allemand par Paul Balzereit. Toujours d’après le livre annuel de 1974 à peu près 7000 Témoins de Jéhovah étaient là, mais beaucoup furent déçu de par le contenu de cette déclaration.

Paul Balzereit avait eu peur et avait donc « affaibli » cette résolution. Un grand nombre de frères ont nié d’adopter cette résolution pour ces mêmes raisons.

Mais bien que cette résolution eu été affaiblie, le gouvernement nazi poursuivit les Témoins de Jéhovah.

larsenJørgen Larsen, le coordinateur des Témoins de Jéhovah au Danemark va même plus loin lorsqu’il écrit un article le 29 octobre 1993 en réponse à ces questions critiques dans Holbæk Amts Venstreblad (Journal local de Holbæk, en Sjælland, localité où se trouve le siège principal de la Watch Tower au Danemark).

Lire le reste

04/03/1998

La Watch Tower Inc. et Hitler en 1933

Lorsque le porte-parole divin devient l’avocat du diable.

Du prosionisme à l’antisémitisme

Charles Taze Russel

Depuis le temps d’après la deuxième guerre mondiale, la Watch Tower enseigne à ses membres, que tandis que l’église catholique et protestante donnait la main à Hitler et faisait le salut nazi, les Témoins de Jéhovah ne se sont pas pliés et tenaient ferme aux principes bibliques et moraux. Le prix fût que les Témoins de Jéhovah furent poursuivit et finirent en camps de concentration.

Comme si ça n’était pas suffisant, la Tour de Garde du premier octobre 1984, dans un article intitulé : impressionnés par l’intégrité des Témoins de Jéhovah (page 8) rapporte le travail de Christine E. King et de Michael Kater en exposant que le nombre de Témoins de Jéhovah emprisonnés dans les camps de concentration a été fortement sous-estimé.

Ces derniers temps, la Watch Tower a mené une campagne massive alléguant ce genre d’arguments, trop méconnus à leurs yeux.

Ce que beaucoup de Témoins de Jéhovah ont ignoré pendant beaucoup d’années, et que beaucoup refusent toujours de croire est que tandis que les membres Témoins de Jéhovah souffraient le martyre pour garder leur intégrité et vivre leur croyance ; le deuxième président de la Watch Tower, Joseph F. Rutherford (généralement appelé Juge Rutherford) et celui qui lui a succédé en 1942, Nathan H. Knorr appuyé par certains membres officiels de la Watch Tower ont agi dans le sens tout à fait opposé.

Rutherford et ses lieutenants ont essayé de sauver leur organisation en salissant les juifs et en attaquant la Grande Bretagne, les États-Unis et la Société des Nations.

Lire le reste

02/10/1997

Secte et acceptation de soi-même

secte

(10/02-1997) – Une secte a une vue bien spécifique sur le monde hors de la secte, et un langage spécial. On peut dire la même chose des groupes qui travaillent contre les sectes ; ils leur ressemblent de manière surprenante. La solution du problème est que l’individu doit apprendre à s’accepter comme il est.

Les nouveaux mouvements religieux et les victimes des sectes qui suivent dans leur sillage, sont maintenant monnaie courante.

Lorsque j’ai commencé dans la matière, en 1988, j’ai rencontré beaucoup de regards étonnés autour de moi. Qu’un religieux fanatique s’occupe des sectes, soit… Mais qu’est-ce que ça pouvait faire en relation avec la psychologie et la psychanalyse ?

Ça a donc étonné beaucoup de gens lorsque, après que j’ai eu fini mes études de psychanalyse, en plus de la psychanalyse et psychothérapie courante, je me suis jeté dans les mouvements religieux et sectaires.

Il y avait déjà des organisations qui s’occupaient de ça, mais la plupart étaient basées sur une base ecclésiastique, et le moins que l’on puisse dire était qu’il y avait une peur de prise de contact entre celles-ci et les psychologues et thérapeutes.

Aujourd’hui, plus ou moins dix ans après, il y a par exemple le forum théologie-psychologie à Århus est un signe de coopération, ou en tout cas un pas dans la bonne direction, dans une tentative de rapprocher les deux matières l’une de l’autre.

Petit à petit, j’ai étendu ma collaboration avec différentes organisations ici et à l’étranger et celles-ci peuvent être religieuses ou non. Et plus personne ne me regarde bizarrement… Le problème sectaire commence à être une évidence pour tout le monde.

Mais petit à petit, j’ai remarqué quelque chose de bizarre…

C’est comme si, de même manière que l’on peut voir un fil rouge au travers des sectes et de leurs victimes, de même manière on peut voir ce même fil rouge au travers de certaines des organisations qui s’occupent d’informer le public et d’aider les victimes des sectes.

Avant que je continue cet article, il nous faut regarder un peu sur les victimes des sectes avec les lunettes psychologiques…

Lire le reste

10/28/1996

Les comités de liaison hospitalier de la Watch Tower

Comment le sang peut sauver votre vie

Une femme de 24 ans est morte à l’hôpital le 15 août, car, étant Témoin de Jéhovah, elle a refusé de recevoir du sang.

(28/10-1996) – Dans ce qui s’est passé ici, il nous faut noter trois choses.

La première chose est qu’il n’est pas interdit aux Témoins de Jéhovah de recevoir du sang.

La deuxième est que le rôle des Comités de liaison hospitalier dans les hôpitaux et la pression sur le patient est beaucoup plus importante que Monsieur Jørgen Larsen, Coordinateur des Témoins de Jéhovah au Danemark, ne veuille le laisser paraître dans son article du 19 octobre dans Kristeligt Dagblad.

Enfin, j’aimerais insisiter sur l’expression utilisée par monsieur Jørgen Larsen dans son article. Il dit en parlant de l’exclusion que “c’est comme témoigner de la froideur à quelqu’un, comme un mauvais élève à l’école“. Je trouve cette analogie de très mauvais goût, surtout lorsqu’on connaît les retombées psychologiques de l’exclusion, qui peuvent aller jusqu’à pousser les anciens Témoins au suicide.

Prenons ces trois points l’un après l’autre : La raison la plus utilisée pour refuser la transfusion est basée d’une part de la Genèse 9:3-4, qui traite de l’interdiction de manger le sang (la loi casher.)

La même interdiction est répétée dans les Actes des Apôtres :

Ma décision est donc de ne pas inquiéter ceux des nations qui se tournent vers Dieu, mais de leur écrire de s’abstenir des choses qui ont été souillées par les idoles, et de la fornication, et de ce qui est étouffé, et du sang” (Ac 15,19- 20.)

D’après la Watch Tower, on dit que lorsqu’il est interdit de manger du sang, il ne peut logiquement pas être autorisé de se l’injecter dans les veines… Jusqu’ici, ça va… Je suis bien…

Mais tout d’un coup, on change le, si j’ose dire, fusil d’épaule…

Dans la brochure “Comment le sang peut-il vous sauver la vie” (1990) éditée par la société de la Watch Tower, il est écrit :

Lire le reste