Category Archives for "Les enfants"

03/18/2014

Pierre à fond la caisse

Different

(18/03-2014) – Pierre a huit ans. C’est un bon garçon, bien élevé, gentil, serviable et même patient et très éveillé… Mais seuls ses parents y croient !

Pour tous les autres, Pierre donne l’impression d’être un garçon énervant. Il ne sait pas quand s’arrêter de faire le pitre, il se laisse facilement influencer et il ne tient pas en place. S’il est assis, il tripote tout ce qui est à sa portée. Sans but.

Le pire est qu’il n’écoute pas ce qu’on lui dit.

Si on lui dit : « – n’oublie pas l’argent pour le livre pour ton prof. » au moment où on le dépose devant la porte de l’école, on peut être sûr, lorsqu’on vient le chercher, qu’il l’a oublié. Il n’a pas fait les bons devoirs, il a noté la mauvaise page, le mauvais exercice… En tout cas, il n’a pas fait ce qu’il devait et son carnet est rempli de remarques de divers professeurs.

Même si Pierre est en fin de compte un bon garçon serviable, il faut toujours tout lui répéter mille fois. Pas cent fois, mille ! Avant que cela soit fait.

Lire le reste

02/11/2014

L’enfant surdoué, l’envers du décor

Un surdoué comme on les imagine

(11/02-2014) – Un enfant surdoué, un enfant avec un haut quotient intellectuel, est loin, très loin d’être heureux dans la société d’aujourd’hui, où il vaut mieux être sous-doué plutôt que surdoué.

En France, aujourd’hui, et dans les pays occidentaux en général, un quotient intellectuel élevé est considéré comme positif, à la base.

Avant de continuer, j’aimerais mettre l’accent sur l’utilisation du mot ‘intelligence’. Dans cet article, « intelligence » couvrira la faculté de comprendre, d’apprendre, de se souvenir et de rapprocher des informations lorsqu’un nouveau problème se pose.

En gros, ce sera d’avoir la capacité, en plus de celle d’apprendre, de se souvenir et de comprendre, de savoir réutiliser l’information, également dans des situations qui n’ont rien à voir avec la situation originale. Donc une certaine dose de créativité également. Il est erroné de croire que les gens intelligents ne sont pas créatifs.

Notez également que la définition à laquelle je me rallie n’est pas gravée dans le marbre et qu’on discute toujours la définition exacte de l’intelligence. 

Lire le reste

12/19/2013

L’aîné serait le plus intelligent

Test

(19/12-2013) – Les grands frères ou les grandes sœurs obtiennent en moyenne un plus haut score dans les tests de QI que les autres enfants. Une des raisons évoquées serait que les parents stimulent plus le premier-né.

Une recherche qui a porté sur 11 690 enfants écossais a montré que le QI des enfants d’une fratrie tombe d’un point entre le premier et le deuxième enfant et de 2,3 points entre le deuxième et le troisième.

Une explication qui est évoquée est que les parents stimulent plus le premier-né. Les parents passent beaucoup de temps à stimuler et à parler au premier enfant. Après quelque temps arrive le deuxième sur qui les parents ne se concentreront pas autant que sur le premier.

Lire le reste

Les enfants au dodo à la même heure chaque jour

154834 004 80E19007

(30/10-2013) D’après une récente étude, les enfants qui n’ont pas d’heure précise pour aller au lit ont une plus grande tendance à avoir des problèmes comportementaux.

L’étude qui a été publiée le 14 octobre dernier démontre que si un enfant ne va pas au lit à des heures régulières, on peut interrompre le rythme circadien de l’enfant, ce qui mène à un manque de sommeil. Cela peut affecter la façon dont le cerveau de l’enfant mûrit et mener à un manque de contrôle de certains comportements.

D’après Yvonne Kelly, professeure à University College London Epidemiology & Public Health, le fait de ne pas avoir d’heure régulière pour aller au lit introduit un état entre le corps et l’esprit qui peut ressembler au syndrome du décalage horaire (lorsqu’on prend l’avion entre deux points très éloignés).

D’après National Sleep Foundation, les enfants entre trois et cinq ans ont besoin de 11 à 13 heures de sommeil chaque nuit, et les enfants de 12 ans ont besoin de 10 à 11 heures par nuit.

Lire le reste

08/28/2013

Élever un sociopathe

(28/08-2013) – On les appelle sociopathes, psychopathes, pervers narcissiques. Ils n’ont aucune conscience, aucun remords, ne ressentent aucune responsabilité. Ils ne s’inquiètent pas du bien-être des autres. Que ce soit leur famille, leurs amis ou des étrangers. Jamais. Ils n’avancent que masqués. Vous ne pénétrerez jamais dans leur sphère intérieure.

Mais ces sociopathes ne deviennent pas sociopathes comme ça, du jour au lendemain. Même enfant, en tant que parent, on a des doutes. On remarque que quelque chose n’est pas comme il devrait être. Au départ, sans pouvoir mettre le doigt dessus.

D’où vient la sociopathie ? Comment se manifeste-t-elle chez l’enfant ? Pourquoi ? Et qu’y faire ?

C’est le sujet de ce livret. Il est écrit simplement et apporte des informations claires, nettes, précises et droit au but.

Trouvez-le sur amazon.fr ici, au format papier ou kindle.

11/19/2012

Papa, retrouve ton rôle

Fievre

Le rôle classique de père est en voie de disparition. Aujourd’hui, les stéréotypes ont disparu et papa devient de plus en plus comme maman. Mais d’après les experts, il est important que le père retrouve sa valeur.

Albert, un bambin de trois ans, tombe et se fait mal. Papa et maman voient ce qui se passe, mais c’est papa qui se lève et va le consoler.

Il y a une trentaine d’années, cela aurait plus probablement été le rôle de la mère de faire, mais aujourd’hui, le rôle de parent a bien changé.

Papa est aussi souvent dans la cuisine que maman et il se lève la nuit pour les consoler si besoin. Il joue avec eux, leur fait à manger et se précipite chez le docteur si leur température monte à plus de 38.

Aujourd’hui, papa et maman sont plus semblables l’un à l’autre qu’ils ne l’étaient auparavant. Ce qui est un avantage dans la société moderne où et le père et la mère travaillent, car si ont veut avoir les moyens d’avoir sa maison, la voiture et des vacances, on n’a pas trop le choix.

Lire le reste

Est-ce que mon enfant souffre d’autisme ?

Aut 2

(28/03-2012) – 10 signes peuvent vous donner un indice sur l’autisme chez les enfants âgés de 6 mois à un an.

L’autisme est rarement diagnostiqué avant l’âge de trois ans, mais on pourrait peut-être faire mieux.

Certains enfants peuvent présenter des signes d’autisme avant cet âge et les experts indiquent que plus tôt on peut voir ces signes, plus tôt on peut agir et le mieux cela vaut afin d’aider l’enfant à se développer.

Lire le reste

Il y aurait une connexion entre l’anesthésie et les TDA

Operation

(08/02-2012) – D’après une étude récente, les jeunes enfants qui ont été anesthésiés peuvent développer des Troubles Déficitaires de l’Attention (TDA) plus tard.

C’est le résultat d’une étude qui vient d’être publiée dans le Mayo Clinic Proceedings (peut être téléchargé d’ici).

Les chercheurs de la Clinic Mayo, à Rochester (Minnesota) et les ceux de l’hôpital pédiatrique de Boston ont analysé les dossiers de plus de 3 500 enfants.

Lire le reste

On peut constater les TDA/H dès l’âge de quatre ans

Tda

(21/10-2011) – D’après l’Académie Américaine de Pédiatrie, on peut diagnotiser les TDA/H (Troubles Déficitaires de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) dès l’âge de quatre ans.

Jusqu’ici, on pouvait diagnostiquer ces troubles lorsque les enfants avaient de 6 à 12 ans. Depuis, de nouvelles recherches ont permis de faire un diagnostic plus rapidement.

D’après les spécialistes, plus l’enfant est jeune lorsqu’on commence le traitement, meilleurs seront les résultats. Cela aide l’enfant et réduit la pression qu’il y a sur la famille.

Certains de ces enfants sont vus comme des enfants “à problème” dès la maternelle et leurs parents se mettent en colère contre eux alors que le problème est ailleurs. Les TDA/H touchent environ 8% des enfants et des adolescents.

Lire le reste

04/05/2011

Facebook et les dépressions des ados

201107071222.jpg (05/04-2011) – D’après un groupe de médecins, Facebook pourrait avoir une influence néfaste pour les adolescents fragiles et on devrait ajouter “Facebook Depression” à la liste des troubles psychologiques.

Autant le dire tout de suite : les chercheurs ne sont pas d’accord sur ce point. Pour certains, il s’agit d’une extension de la dépression déjà existante chez l’adolescent qui se développe jusqu’à inclure ce qui se passe sur la communauté Facebook.

Pour d’autres, comme le docteur Gwenn O’Keefe, pédiatre et auteur principal du guide des médias sociaux pour l’académie américaine de pédiatrie, il s’agirait de mettre Facebook comme facteur pouvant mener à la dépression. Facebook a des aspects qui lui sont propres et il peut être un paysage dangereux dans lequel évoluer si on est un adolescent avec peu de confiance en soi.

Lire le reste