Sociopathe, psychopathe ou pervers narcissique?

Je m'aime(01/09-2015) – “C’est quoi la différence entre un sociopathe et un pervers narcissique ?”

Voilà une question que j’entends souvent. De même on peut, de par le net, trouver une foule de pages qui vous expliquent la différence entre le sociopathe et le psychopathe.

Mais le problème, c’est qu’elles disent souvent des choses différentes, ces pages.

Alors la différence, c’est quoi exactement?

Vous aimez ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir gratuitement articles et nouvelles.

  • Recevez les nouveaux articles et nouvelles le jour de leur parution
  • Restez informé sur ce qui se passe dans le monde de la psychologie
  • Recevez gratuitement dans votre boîte mail des articles pour vous aider à avancer et à surmonter les problèmes du quotidien

Il y a deux réponses à cette question. Une réponse courte et une réponse longue.

Prenons d’abord la réponse courte: il n’y a aucune différence. Ces trois mots, sociopathe, psychopathe et pervers narcissiques sont synonymes.

Passons maintenant à la réponse longue.

Le premier terme a être apparu est le terme de psychopathe. Il est apparu au XIX siècle et on y trouve un peu de tout, car on y mettait des patients ayant des comportements impulsifs et autodestructeurs sans trouble du raisonnement. Ce qui pouvait quand même toucher une bonne partie de la population.

Environ cent ans plus tard, en 1909, Karl Birnbaum, un neuropsychiatre allemand, a introduit le terme “sociopathe”, car pour lui, ce comportement antisocial avait surtout des causes sociales. Le terme a eu un certain succès outre-Atlantique et il était largement utilisé aux États-Unis dans les années 1920 et 1930 afin d’indiquer que ce qui définissait le plus cette forme de personnalité était un manque qui faisait que l’individu n’avait pas la capacité d’adhérer aux normes sociales qui, entre autres, l’empêchait de faire mal aux autres.

Mais en fait, déjà à cette époque, les termes sociopathe et psychopathe étaient synonymes, on mettait surtout l’accent sur le côté biologique pour certains ou sur les problèmes de socialisation pour les autres. C’est un peu toujours la tendance aujourd’hui. Mais seulement une tendance. C’est loin d’être une règle.

Certains psys préfèrent utiliser “psychopathe”, car cela indique un problème de personnalité inhérent à la Psychée et d’autres préfèrent utiliser “sociopathe” pour indiquer le caractère social du problème. En gros la sociopathie s’expliquerait par l’environnement social alors que la psychopathie s’expliquerait par un mélange de facteurs psychologiques, biologiques, génétiques et environnementaux.

Encore une fois, ce n’est pas une règle, mais certains font cette différence.

Le choix du terme n’est donc pas descriptif, mais plutôt dépendant des raisons qui seraient originaires du trouble.

Depuis 1994, la définition officielle est “trouble de la personnalité antisociale” et les termes de “sociopathe” et “psychopathe” renvoient à cette définition dans le dictionnaire de l’APA (American Psychological Association).

Mais bon, il faut avouer que les mots “psychopathe” ou “sociopathe” sont plus faciles à utiliser que “personne qui souffre de trouble de la personnalité antisociale”!

Retrouvez le livre de Cyril Malka – Élever un sociopathe – sur amazon

Minisociopathe3dAlors quid du “pervers narcissique” ou du “PN” comme certains disent?

Il s’agit ici aussi d’un synonyme qui a été introduit par Paul-Claude Racamier en 1986 dans “Entre agonie psychique, déni psychotique et perversion narcissique”.

Dans ses livres suivants, Racamier explique qu’il tire cette expression de la théorisation psychanalytique qui relie les points de vue de Freud sur la sexualité et sur le narcissisme.

D’après lui, la perversion narcissique est “une organisation durable caractérisée par la capacité à se mettre à l’abri des conflits internes, et en particulier du deuil, en se faisant valoir au détriment d’un objet manipulé comme un ustensile ou un faire-valoir”.

Ici aussi, il ne s’agit donc pas de donner une autre définition de la sociopathie, mais tout simplement de lui donner une autre origine.

La France étant, avec l’Argentine, le seul pays au monde dans lequel on utilise toujours la psychanalyse, il était hors de question d’utiliser un terme venant des États-Unis et un terme freudien était le bienvenu. Les Français étant friands de sigles (qu’est-ce que j’ai galéré avec ces sigles lorsque nous habitions en France!) l’expression “PN” a vite eu beaucoup de succès.

Lorsque je travaillais à l’hôpital comme aide-soignant au Danemark, PN était l’expression que nous écrivions sur le cardex ou sur le journal du patient pour “Pro Necessita” (au besoin). S’il y avait écrit par exemple: Paracetamol PN, cela voulait dire que si le patient avait besoin ou demandait, on pouvait lui donner du Paracétamol sans demander au médecin. Et, je sais, c’est bête, mais c’est toujours la première chose à laquelle je pense lorsque je lis ou lorsque j’entends quelqu’un utiliser l’expression “PN”.

Pour conclure: non, il n’y a donc pas de différence descriptive entre un sociopathe, un psychopathe ou un pervers narcissique. Au mieux, il peut y avoir une différence de compréhension des causes. Mais dans la plupart des cas, il peut tout simplement s’agir d’une vieille habitude ou d’un terme qu’on trouve plus adapté que les autres.

Personnellement, je préfère utiliser le terme “sociopathe”. Non pas, car je crois aux raisons sociales de la personnalité — loin de là! –, mais afin d’éviter la confusion faite par beaucoup entre “psychopathe” et “psychotique”. Je ne considère pas l’expression “pervers narcissique” comme scientifique ou sérieuse et je ne l’utilise donc pas. (Cyril Malka)

Partagez ici
  • Mitouchèle says:

    Une analyse qui permet aux non-initiés de mieux comprendre. Merci Cyril

  • Anonymous says:

    Bonjour,
    Merci pour cet article fort instructif. Je pense avoir fréquenté récemment un sociopathe (ou pervers narcisssique comme on dit chez “nous”). Tout ou presque correspond a la description que vous donnez dans vos autres articles. J’ai du faire bcp de recherches d’ailleurs avant de tomber sur votre site. je me suis laissée entrainée dans cette histoire sans m’en rendre compte et c’est comme si j’avais fais un grand plongeon dans un gouffre ! D’un premier abord, tjs le même schéma , l’homme parfait, un peu trop, trés a l’écoute, qui m’a mise sur un piedestal (ego quand tu nous tiens !) il donnait l’impression de vouloir me sonder (et il a eu des difficultés car il me disait souvent que j’étais insondable) Trés intelligent, et surtout : une perseverance hors du commun ! Ce sont des personnalités si “interessantes” tellement troublantes, on leur trouve tjs un truc qui cloche sans savoir quoi… Mais on est indéniablement attiré par eux. Notre relation (physique et sous le même toit) s’est terminée quand je l’ai démasqué, que j’ai découvert tous ses mensonges, a quel point il me manipulait sans aucuns remords, m’éloignait de ma famille, et me rendais malheureuse juste pour pouvoir me consoler ensuite, j’étais sa chose, son jouet. Et il retournait tjs toutes les situations contre moi. Ce jour là, qd j’ai décidé de le quitter et que je le lui ai annoncé, ce fut un déchainement de violence verbale et physique a mon egard. Je n’ai pas eu d’autre choix que de faire intervenir la police pour enfin pouvoir le sortir de ma vie. Et bien après ça encore, il me poursuit, me harcèle, se victimise, essaie de jouer sur mon sentiment de culpabilité. C’est un monstre froid et calculateur (jusqu’a aller se créer de fausses identités sur les reseaux sociaux pour m’espionner) Au final, je n’ai presque qu’une hâte….c’est qu’il se trouve une autre victime 🙁 A defaut de pouvoir le faire enfermer…

    • anonymous says:

      Bonjour,
      Merci pour votre réponse claire à un sujet complexe. J’ai vécu 6 ans avec un sociopathe psychopathe pervers alcoolique ex-toxicomane. Je suis ex-cadre en entreprise, bac+5, famille sans problèmes : l’inverse de lui. Il était souvent absent pour son travail, donc sa pression se morcelait et l’union durait. Cure de désintoxication, hôpitaux psychiatriques, manipulation de l’entourage, victimisation, charme, tout pour masquer sa vraie maladie au monde. J’étais la seule à le savoir, finalement, et la seule à croire pouvoir le sortir de là.
      Je croyais que ces facteurs psycho-sociologiques pouvaient être combattus par un environnement bienfaisant. Je m’imaginais que “ça va aller mieux”. Non non non.
      Il ne faut jamais confondre psychiatrie et psychologie. Il ne faut pas jouer à l’apprenti médecin. J’ai mis six ans à le comprendre, au péril de ma vie. Il est en prison.
      La discipline de la psychiatrie existe pour répondre à ces maladies du cerveau. C’est tellement dur à admettre, quand quelqu’un que vous aimez relève de la psychiatrie. Et donc de soins psychiatriques.
      Oui, un malade peut être aimé d’amour, non, un malade ne doit pas vivre sous votre toit. Pourtant, c’est bien ce qu’il voulait le plus au monde : se cacher chez moi pour avoir un semblant de vie “normale” et continuer à vivre sa folie en toute normalité. Cela revenait à me mettre en danger pour couvrir sa maladie.
      Je percevais a psychiatrie comme un monstre hybride hérité des siècles “bienséants”, Freud était, c’est vrai, un grand drogué, les convenances étaient étouffantes, les pratiques curieuses et les médicaments ne guérissaient pas.
      J’ai compris et admis qu’on ne peut pas tout réparer. Parfois, il faut savoir se résigner et lâcher prise devant plus fort que soi : la maladie psychiatrique n’est pas une jambe cassée. On en guérit pas. Au mieux, on se soigne, mais les rechutes sont INCONTOURNABLES. Rechute = danger pour l’entourage.
      Ce qui trompe, c’est ce mot “pervers narcissique”. Car “pervers” est un mot galvaudé en société, totalement différent de “perversion” utilisé en psychiatrie. Cela prête à confusion.
      Il faut savoir tourner la page et refaire sa vie, loin des malades psychopathes, sociopathes et pervers, bipolaires et autres. Avec humilité. Laissons les médecins essayer de faire leur boulot, même si ils n’y arrivent pas : on ne peut pas mieux faire…

  • AJB says:

    Malheureusement, j’en ai connu une, et c’est elle qui m’a mise au monde.
    Merci pour votre article

  • Julie says:

    Bonjour Cyril
    Vous avez raison,perver narcissique ,sociopathe, psychopathe tout ça c’est le même arbre,peut-être ps les mêmes branches en tout cas le même arbre.
    J’ai fréquenté un individu qui n’avait aucune humanité,je sentais bien qu’il y avait quelque chose qui clochait.
    C’est vrai qu’ils appuient sur le bouton pause , c’est vrai qu’ils se servent des gens tout ce qu’on dit sur eux est vrai et même en dessous de la vérité question sadisme.
    Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi je n’arrive pas à me sortir de la tête les phrases immondes qu’il m’a dite quand il a appuyé sur pause.
    Il est danois , je crois que vous y avez travaillé, marié, deux enfants et quand son travail en France a été terminé, je précise que je travaille épisodiquement pour lui donc je serais certainement amené à le revoir,
    il est retourné chez marionnette numéro 1 en me disant pour couper tout contact
    il a agit en plusieurs paliers: dans un premier temps il me dit qu’il a beaucoup de travail et qu’il ne peut m’écrire qu’une fois par semaine,alors qu’il me bombardait de mails quand il avait besoin de moi, au passage il me disait:tu es la seule chose dont j’ai besoin à l’instant.
    Ce qui à le mérite d’être clair soi dit en passant (ils ne disent pas que des conneries)pour la note d-humour.
    Comme je ne comprenais pas assez vite 2eme phase: une semaine après il me sort la phrase qui tue ( je traduis de l’anglais; il m’invente une histoire qui est certainement vrai , sa femme l’avait chopé au tel en train de m’écrire et du coup : ça m’a fait réalisé qu’elle était ma femme , que je vivais avec elle et je dois lui donner toute mon attention en ce qui concerne le sexe et tout ce genre de chose bien sûr on peut s’écrire mais de ma part ce ne sera plus que des messages professionnels!
    Quand je dis que l’histoire du tel est vrai c’est qu’il a dû faire exprès qu’elle l’attrape pour la rebrancher, il avait dû la zapper pendant les quelques mois de sa nouvelle passion.
    Je sais que juste après ils devaient partir en vacances, madame a certainement dû avoir une nouvelle lune de miel; très drôle, non ?
    J’ai été très choqué et je lui ai ecrit ce que je pensais de lui.
    Evidemment il a dit qu’il avait des sentiments pour moi qu’on avait eu quelque chose de spécial et que peut-être si je n’avais pas de petit copain on pourrait l’avoir encore .

    C’est beau tout ça , qu’est ce que vous en pensez ?
    On dit qu’ils sont fous je ne crois pas .
    Enfin tout ça pour vous demander pourquoi je n’arrive pas à me sortir ces mots cruels de la tête, j’ai été blessé c’est vrai !
    Je crois qu’on a qu’une envie les emplattrer, je suis une femme je ne peux pas, dommage :
    Avez vous un conseil pour que j’arrive à me vider la tête?
    Il a appuyé sur pause mais la cassette tourne en boucle dans ma tête et cette ordure me gache la vie à distance.
    merci pour tout en tout cas.

    • Cyril Malka says:

      Bonjour, Julie,

      Oui, en effet, j’ai vécu au Danemark pendant presque vingt ans, mes enfants y sont nés et ma femme est danoise. Par contre, je ne vois pas dans votre description de signe de sociopathie. Vous savez, il en faut plus que de dire des phrases que vous jugez immondes (je ne dis pas qu’elles ne le sont pas) pour catégoriser quelqu’un comme sociopathe. Il y a toute une personnalité derrière.

      Ce que j’en pense? D’après votre description, je pense qu’il a eu une aventure avec vous et qu’une fois découvert, il a choisi de rester avec sa femme. Ce sont des choses qui arrivent régulièrement dans des relations avec une personne mariée (femme ou homme). Si vous jetez un oeil sur mon texte sur l’infidélité (Douze choses à savoir sur l’infidélité, ici => http://malka.fr/834/) et la centaine de commentaires qui la suive, vous verrez que c’est une issue relativemetn commune de ce genre d’histoire.

      Il peut y avoir une foule de raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à vous sortir ces mots de la tête. J’ai fait une vidéo sur le sujet qui vous aidera peut être: “J’ai été salie”, cela a l’air de correspondre à ce sujet. Voyez ici => https://youtu.be/r-84PvjZLYY

      Bon courage.


      Amicalement,

      Cyril

      Oui, vous pouvez suivre une thérapie à distance avec Cyril Malka ! Plus d’informations ici => http://malka.fr/912/

      Cyril Malka sur Google+ => https://plus.google.com/+CyrilMalka

  • >