06/17/1998

Les limites de la liberté de religion

Pub pour la Scientologie

Est-ce raisonnable qu’un employé dans une boutique ou d’une entreprise ne sache pas qu’en fin de compte, il gagne de l’argent pour la Scientologie sous pretexte de la liberté de religion ?

(17/06-1998) – Les Danois sont très tolérants. De tempes en temps, même si tolérants que ça frise l’indifférence. Nous avons la mémoire très courte et nous aimons les sensations. Nous parlons d’un sujet d’une manière intense pendant une période puis c’est oublié. Lorsque nous avons fini nos débats, nous oublions tout jusqu’au jour où quelqu’un ou quelque chose nous le rappelle.

Nous avons si peur d’être appelé intolérant que nous en arrivons à un point ou les minorités ont presque toujours raison. Si on critique une minorité, on persécute. Si on poursuit la majorité, ce n’est plus un problème si grave.

Vous aimez ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir gratuitement articles et nouvelles.

  • Recevez les nouveaux articles et nouvelles le jour de leur parution
  • Restez informé sur ce qui se passe dans le monde de la psychologie
  • Recevez gratuitement dans votre boîte mail des articles pour vous aider à avancer et à surmonter les problèmes du quotidien

Et lorsque l’on a compris ces principes de base de la société danoise, on peut faire plus ou moins ce qu’on veut.

Regardez, par exemple : La Watch Tower interdit à ses membres de voter – très bien, c’est une religion. Mais si j’empêche ma femme de voter, ce sont de tout autres mécanismes qui entrent en cause.

Nous avons pitié des minorités persécutées. La Watch Tower et la Scientologie aiment beaucoup se comparer aux victimes des nazis. La Scientologie essaye de comparer la persécution des juifs sous l’Allemagne nazie avec certaines restrictions du gouvernement allemand vis-à-vis de certaines méthodes et de certains points de vue propagés par la Scientologie. La Watch Tower met le point sur le fait que les Témoins de Jéhovah ont été persécutés sous le régime nazi tout en oubliant de mentionner que tout ceci est arrivé après que la Watch Tower ait essayé de collaborer avec Hitler en 1933 en faisant une déclaration antijuive.

La journaliste danoise Karin Høgh a eu des articles intéressants dans le journal du syndicat féminin, “Kvindernes Fagblad” et dans le journal “Aktuelt” ainsi qu’une série de programmes sur la situation du marché du travail sur la station de radio nationale P1.

Là, elle dévoile comment plusieurs Scientologues qui dirigent des entreprises de nettoyage n’informent pas leurs employés de leur appartenance à la Scientologie. Ils n’aiment pas trop que leurs employés soient membres d’un syndicat et ces employés travaillent sous des conditions assez spéciales. Plusieurs de ces entreprises ne payent pas le SMIC, d’autres exigent une amende de cinq cents couronnes si l’employé quitte sa place dans le courant de la première année d’emplacement. Certains anciens Scientologues comparent les conditions d’emploi avec les conditions sous lesquelles on travaille lorsque l’on offre sa vie pour la Scientologie.

Est-ce que quelqu’un à l’intérieur des syndicats s’est occupé de cette lutte? Ne devrions-nous pas nous occuper de ce genre d’affaires avant de nous battre pour cinq ou six semaines de vacances ? Aurions-nous été aussi passifs si ces firmes avaient été la propriété de Mac Donalds(1) au lieu de la Scientologie ?

Est-il question de cas isolés ?

Non, beaucoup de mouvements religieux ont ce genre de méthode.

La Watch Tower, par exemple a toute une force qui travaille gratuitement pour elle (contre la nourriture et le logis, ainsi qu’une petite somme d’argent de poche)

Si on proteste, on se trouve confronté avec des comparaisons avec les bénévoles à la Croix-Rouge ou chez les scouts.

Mais est-ce la même chose ?

Non ! Et c’est là que nous ne voyons pas toujours la différence. Dans tous ces mouvements il s’y passe ce que j’appellerai une activité destructive de la société

C’est à dire que le membre ne devient pas un meilleur citoyen. Ils entrent dans la Scientologie ou deviennent Témoins de Jéhovah, et ils quittent le Danemark. Mais si un jour ils ne veulent ou ne peuvent plus réaliser les exigences ou suivre les règles du mouvement, ils se retrouvent rejetés hors du mouvement et dans le “Danemark” qui doit occuper de réparer tout ça ; ce qui n’est pas toujours facile.

Dites adieu à l’intérieur de votre tête: Publicité pour la Scientologie au dos d’un de leurs magazines.Non seulement ces sectes empêchent leurs membres de s’organiser et de faire des choses dans la société en dehors du mouvement (que nous parlions de “Sea Organisation” ou de la Watch Tower Holbæk(2)) et exploitent gravement leurs membres, mais en plus, les sectes utilisent ce contact avec l’extérieur pour enrôler de nouveaux membres.

Sur ce point, il faut remarquer que la Scientologie (au contraire des Témoins de Jéhovah) n’est pas intéressée à informer ces employés que la firme est dirigée par un Scientologue. Il s’agit par exemple de la firme “La Rose Blanche” (Den hvide Rose) à Amager, “l’Ouragan Blanc” (Den hvide Orkan) et “Ton Nettoyage” (Din rengøring) à Rødovre qui toutes sont contrôlées par des Scientologues et utilisent les principes de la Scientologie et de L. Ron Hubbard pour l’engagement et la direction de la firme.

Mais Mac Donalds ne peut par exemple pas se cacher derrière leur liberté culturelle, n’est-ce pas? Et comment réagit-on si un employé dans une firme ne veut pas être membre du syndicat?De la, une question: Ne sommes-nous pas en train de devenir des petits égoïstes qui se concentrent sur leur bien-être et oublient qu’il y a toujours beaucoup d’endroit au Danemark ou les gens sont employés sous de mauvaises conditions. Et qu’on ne voit pas ces conditions, car on les cache sous le terme de liberté de religion ? On utilise la liberté de religion pour se soustraire aux lois de la société.

Jusqu’où allons-nous aller ? Est-il raisonnable qu’un employé dans une firme ne sache pas qu’en fin de compte il gagne de l’argent pour la Scientologie ? Avec tout ce que ça implique ? Nous sommes d’accord que nous avons tous une certaine liberté de religion. Mais lorsque cette religion exige que ou aboutisse à ce que l’employé est traité d’une certaine manière, lorsque ça mène à une certaine manière de traiter le personnel, ne serait-il pas évident qu’on le sache ?

Et combien de ce genre d’affaires il y a-t-il au Danemark dû au fait où les sectes ont les mains aussi libres ? Que se passe-t-il, et jusqu’où vont ces mouvements ? Quelle portée peut avoir tout ça dans l’Union européenne et la liberté de mouvement à l’intérieur de l’Europe ?

Allons nous courber le dos et laisser faire parce que d’une part les choses sont trop compliquées et embrouillées et d’autre part parce qu’on peut se cacher derrière le mot « religion » ?

Et quand les gens vont-ils donc comprendre qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème religieux que nous pouvons laisser à différentes organisations religieuses, mais qu’il s’agit d’un problème qui, à long terme, peut avoir des suites catastrophiques pour notre société ?

© 1998 – Cyril Malka. Publié dans le quotidien «Aktuelt» le 17. Juin 1998.

Notes
(1) Mac Donalds a empêché ses employés d’être membres d’un syndicat. Ceci a conduit à des boycotts, des blocages et ainsi de suite, jusqu’à ce que Mac Donald se rende en 1994.

(2) Le quartier général de la Watch Tower au Danemark.

Partagez ici
>