Partez en voyage dans votre tête

Colere

Gérer les conflits avec papier et crayon… ou avec un voyage en ballon.

Nous voici arrivés au mois de décembre, les préparatifs de fêtes de fin d’année sont bien en route. Les prévoyants ont déjà acheté leurs cadeaux, d’autres sont en train et les procrastinateurs feront cela demain, car il y a le temps.

Le fait est qu’il y a beaucoup de préparatifs pour Noël et le jour de l’an, et les choses se compliquent souvent, car il y a aussi des situations à charges émotionnelles fortes. Noël, c’est le retour des traditions : la bûche, le sapin, les cadeaux, chez ses parents ou chez les vôtres, on n’a pas envie de voir le cousin Victor ou la tante Agathe qui se mêle tout le temps de ce qui ne la regarde pas. La maison doit être nickel sinon belle-maman va encore faire des réflexions et il faut tout prévoir, car le mari, le conjoint ne fait les choses qu’à moitié… Il y a souvent là matière à disputes et à conflit.

Vous aimez ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir gratuitement articles et nouvelles.

  • Recevez les nouveaux articles et nouvelles le jour de leur parution
  • Restez informé sur ce qui se passe dans le monde de la psychologie
  • Recevez gratuitement dans votre boîte mail des articles pour vous aider à avancer et à surmonter les problèmes du quotidien

Le stress de l’arrivée des fêtes en rajoute donc une couche.

Comment faire pour éviter de se prendre la tête, alors ?

Avant tout, il vous faut vous arrêter. Prenez au moins quelques minutes, le temps de vous recadrer. C’est vrai qu’il vous faudra vous concentrer sur vos pensées et vos émotions quelques minutes, mais ces quelques minutes ne sont pas perdues, bien au contraire.

Asseyez-vous, prenez un crayon et un papier, et faites le point sur vos émotions. Écrivez-les toutes sur une colonne sans différencier. Juste toutes vos émotions.

Reprenez ces émotions une par une et voyez, pour chaque émotion, si elle est rationnelle ou pas. Attention, pas si elle est négative ou positive, mais si elle est rationnelle ou irrationnelle. Pour le savoir, voyez si l’émotion est adaptée à la situation ou pas. Si l’émotion n’est pas adaptée à la situation (colère, par exemple), c’est que l’émotion est irrationnelle.

Une fois que vous avez l’émotion, laissez tomber celles qui sont rationnelles, puisqu’elles sont adaptées à la situation et concentrez-vous sur les irrationnelles. Il est parfaitement logique et rationnel d’être agacé de savoir que belle-maman va vérifier la propreté de votre demeure, mais il n’est pas rationnel de s’emporter et d’en faire un conflit. Il est plus facile de se dire : « bon, elle va passer son doigt sur la commode, et alors ? » si vous êtes agacée que de se dire la même chose si vous êtes en colère. Vous aurez plus de mal à gérer.

Donc, concentrez-vous sur les émotions irrationnelles, car ce sont elles qui vont casser votre baraque. Et travaillez dessus. Voyez quelles sont les pensées et les croyances qui se cachent derrière ces émotions. Écrivez-les et combattez-les.

Remettez ces croyances à leur juste place : « – Oui, c’est désagréable, mais ce n’est pas une catastrophe. » « – Oui, je suis déçue, mais ce n’est pas la fin du monde. »

Retrouvez l’émotion initiale qui est recouverte par cette émotion irrationnelle.

Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez voir, ci-dessous, quels principes psychologiques mènent à quelles émotions et si celles-ci sont rationnelles ou irrationnelles. Bien entendu, vous pouvez arriver à ces émotions dans d’autres cas et ces mêmes cas peuvent mener à d’autres émotions. Il peut toujours y avoir des petites différences, mais vous trouverez ici un fil rouge qui vous mettra sur la voie :

– Danger ou menace (réelle ou pensée) mène à : Angoisse (irrationnelle), inquiétude (rationnelle)

– Perte ou échec mène à : Dépression (irrationnelle), peine (rationnelle)

– Enfreinte à vos principes, d’autres menacent votre personnalité, frustration mène à : Jugement (irrationnelle), colère (irrationnelle), emportement (irrationnelle), irritation (rationnelle), agacement (rationnelle).

– Vous n’avez pas suivi vos propres principes mène à : culpabilisation (irrationnelle), regrets (rationnelle).

– D’autres vous laissent tomber mène à : Blessé (irrationnel), déception (rationnelle).

– Une de vos faiblesses devient publique mène à : Honte (irrationnel), contrariété (rationnelle).

En partant de ces principes, vous devriez pouvoir combattre vos croyances irrationnelles.

Maintenant, il existe aussi un raccourci : vous pouvez agir vite et écouter une séance d’hypnose d’hyperemperia. Il s’agit là non pas d’une séance d’hypnose classique, mais d’une séance qui développe votre champ de conscience. Il s’agit d’un voyage hypnotique dans lequel vous partez qui renforce votre croyance en vous, votre conscience et qui en plus vous relaxe et vous laisse merveilleusement bien à tous points de vue.

Après la séance d’hyperemperia, vous ne vous sentirez pas endormi, mais bien détendu, éveillé, reposé et prêt à affronter la belle mère ou le père Fouettard (ou les deux).

Vous pouvez télécharger la séance d’hyperemperia ici (attention, il y a une séance pour hommes et une séance pour femmes). Bon courage ! (Cyril Malka)

Hyperemperia - Homme
Hyperemperia - Homme
Un voyage hypnotique dans lequel vous partez qui renforce votre croyance en vous, votre conscience et qui en plus vous relaxe et vous laisse merveilleusement bien à tout point de vue. Après la séance d'hyperemperia, vous ne vous sentirez pas endormi, mais détendu, éveillé, reposé et prêt à gérer le quotidien. Plus d'informations ici.
Prix: €6.95
 

Hyperemperia - Femme
Hyperemperia - Femme
Un voyage hypnotique dans lequel vous partez qui renforce votre croyance en vous, votre conscience et qui en plus vous relaxe et vous laisse merveilleusement bien à tout point de vue. Après la séance d'hyperemperia, vous ne vous sentirez pas endormie, mais détendue, éveillée, reposée et prête à gérer le quotidien. Plus d'informations ici.
Prix: €6.95
 

Partagez ici

Cliquez ici pour faire un commentaire ou poser une question

Leave a Reply: